Le Covid est, pour certaines entreprises, une mine d’idées « innovantes », comme on dit maintenant. Prenez Essity, multinationale suédoise aux 12 milliards de chiffre d’affaires annuel, « leader en matière d’hygiène et de santé », et dont le site Internet, aux prétentions très inclusives et politiquement correctes, montre – non sans comique involontaire – qu’elle ne court aucun risque d’être boycottée par Facebook.

Voici qu’elle propose aujourd’hui à ses salariés français un collier « anti-Covid » couplé à un boîtier émettant un son en cas de rapprochement physique trop important entre deux personnes. Et pas un petit bip discret : un bruit de 85 dB, équivalent à celui d’une grosse moto !

Bien sûr, tenir ses salariés en laisse est le rêve secret de bien des employeurs depuis la nuit des temps, mais le croirez-vous, c’est peu dire que l’idée n’emballe pas les syndicats.

À commencer par la CFDT du site Essity de Châtellerault, dont la noble mission consiste à tricoter des bas à varices (vilain défaut, comme chacun sait), et qui compare le système « à celui qui dissuade les chiens d’aboyer » : « Ces boîtiers vont finir dans les poubelles ou rester dans les casiers, c’est n’importe quoi. »

Mais pour la direction, il ne s’agit que d’un « gain de temps et d’efficacité pour la prévention du Covid au sein de l’entreprise » […] il faut avoir le courage d’explorer des solutions nouvelles pour l’avenir. » De riches heures en perspective pour la commission santé, sécurité et conditions de travail !

Ah ! le modèle suédois tant vanté… En oubliant que la Scandinavie n’a jamais été très en pointe dans la défense des libertés individuelles, poussant la normalisation sociale jusqu’à pratiquer, en , un eugénisme par stérilisations forcées jusqu’en 1976 (!), date à laquelle le socialisme à visage humain dut quand même se résoudre à demander le consentement des intéressés… On comprend mieux que l’idée baroque d’Essity choque peu, là-bas.

Mais avant d’imposer le collier-klaxon aux travailleurs, ne pourrait-on pas le tester en France sur une autre population ? Je ne sais pas, moi… tiens, au hasard, sur les « fichés S » qui s’approcheraient de trop près ? Il suffirait d’ajouter une fonction à l’application #TousAntiCovid… Qui ferait un bruit de crécelle, par exemple.

16 janvier 2021

À lire aussi

Sapeuses-pompières victimes de sexisme…

Ben voilà, c’est comme au judo, il suffit d’accompagner le mouvement de l’adversaire… …