Le 7 mars 2014, dans l’émission “Ce soir ou jamais”, on assistait à la présentation d’un ouvrage d’entretiens (Au péril des idées) entre Edgar Morin, sociologue, et Tariq , “universitaire et théologien” (traduire : propagandiste de sa en Occident) et Directeur d’un centre de recherche islamique à Doha au Qatar.

Bon, admettons avec notre idiot utile du jour (pour ce qui est du foulard), M. Edgar Morin, que le foulard en tant que tel soit complètement anodin, “bien plus anodin qu’une croix”, dit-il… N’est-ce pas la multiplication (reconnue dernièrement ici même par Hynd Habach, présidente de l’Association des Françaises voilées) de ces derniers dans l’espace public de France qui l’est moins ?

La sur-multiplication du foulard atteste bien de la vitalité d’une religion qui ne manque pourtant jamais une occasion de se plaindre du sort qui lui est réservé en Occident. Les problèmes capillaires entre les hommes musulmans et leurs femmes ne me concernent pas, trouvant pour ma part l’altérité de la chevelure féminine d’une grâce sans égale, et ne considérant nullement qu’elle doive à ce titre être soustraite publiquement aux obsédés sexuels susceptibles de croiser sa route : à ces derniers de se soigner. Mais pendant que M. Ramadan agite le voile et le spectre de la phobie et puisqu’il dirige un centre de recherche islamique au Qatar, voici, un exemple de ce qu’il nous masque, concernant la méprisable traite arabo-musulmane (durée 12 siècles) et qui ne fut abolie au Qatar qu’en 1952. En 1964, une équipe de la américaine y trouva d’ailleurs encore trace de cette ignominie…

Quant à l’, pays des ancêtres de M.Ramadan, il semblerait qu’y transitèrent, entre 1700 et 1880, pas moins de 800.000 esclaves africains. N’entrons pas ici dans le détail d’un sujet sur lequel tout acteur honnête peut s’informer, mais un petit coming out de M.Ramadan concernant le crime musulman esclavagiste rassurerait bien plus les millions d’Européens sur son éventuelle bonne foi que ses jérémiades sur les persécutions subies par les femmes voilées. C’est la totale absence de reconnaissance de ce crime maintenant avéré, mais toujours non reconnu par musulman, qui inquiète légitimement tant d’occidentaux. Voici au moins quatre ouvrages que tout musulman de bonne foi peut consulter à ce sujet.

– Jacques Heers, Les Négriers en terres d’islam, Editions Perrin 2003

– Stephen Smith, Négrologie: Pourquoi l’Afrique meurt, Calman-Levy 2003

– Olivier Pétreé-Grenouilleau, Les Traites négrières, Galimmard 2004

– Tidiane N’Diaye, Le génocide voilé, Gallimard 2008

16 mars 2014

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

Dernières nouvelles d’Allemagne (et de Finlande) : « la terreur islamiste est une menace permanente »

Le 4 octobre dernier, un individu de nationalité syrienne a assassiné un touriste allemand…