Impossible de ne pas commencer par l’Ukraine : face au concert de protestations qu’a engendré l’intervention de Poutine en Crimée, seule l’Allemagne a eu le réflexe du dialogue… La France aurait-elle aussi perdu sa légendaire diplomatie ?

Aïe aïe aïe… Vous êtes sans pitié… Qu’est-ce que je vais prendre, encore une fois ! Vous me mettez là sur un sujet où la grande majorité des lecteurs de Boulevard Voltaire et moi ne sommes pas du tout du même avis : ce qui ne me dérange pas du tout, mais paraît mettre hors d’eux certains d’entre eux. Il serait peut-être plus prudent de s’en tenir à l’essentiel de mon “message”, si j’ose dire : à savoir la nécessité urgente de s’opposer au Grand Remplacement. Ce point fait à peu près consensus entre nous. Et pour le reste… Mais bon…
Par exemple, je n’ai pas d’admiration particulière pour Poutine, et de sympathie moins encore. Cela dit, je suis obligé de reconnaître qu’il joue bien.

Il serait plus que souhaitable qu’il trouve en face de lui des adversaires dignes de lui. Et là, je ne pense ni à la France ni à l’Allemagne, mais à l’Europe. C’est l’Europe qui est directement concernée. Elle seule est à l’échelle des enjeux. Quelle occasion d’affirmer sa puissance, sa détermination, son existence comme protagoniste planétaire ! Hélas, nous en sommes loin ! La marge de négociation n’est pourtant pas négligeable. Il est évident, par exemple, que la Crimée n’a rien à faire en Ukraine. Quelle étrange manie, aussi, de vouloir à tout prix faire cohabiter, partout, des peuples qui manifestement ne sont pas faits pour vivre ensemble ! Russes et Ukrainiens ont presque aussi peu vocation à se partager un État que Français et Arabo-Musulmans, mettons (je parle de peuples, pas d’individus). Il faudrait à l’Ukraine une sorte de Kemal Atatürk, qui la resserre sur son ukrainité ; et qui paie de quelques concessions qui n’en seraient pas la liberté et la pleine indépendance du pays.

Dans un article paru lundi, Le Monde indique que “l’urgence est maintenant d’empêcher des référendums régionaux sur l’autonomie”… Belle leçon de démocratie !

Pourquoi, vous êtes partisan de l’indépendance du 9-3 ?

Qu’avez-vous pensé de la “déclaration solennelle” de Jean-François Copé ?

Solennel et Copé jurent un peu. Pour le reste, c’est comme à Libération : on se croirait à Sigmaringen — que des gens puissent se disputer à ce point des postes et des titres qui, dans le désastre et la trahison, la collaboration à ce qui survient, à savoir le changement de peuple et de civilisation, n’ont plus aucune prise sur la réalité, ne correspondent plus à rien…

Dimanche 9 mars, une nouvelle manifestation est prévue à Paris pour réclamer l’organisation d’un référendum en France sur l’immigration massive. En serez-vous et qu’en attendez-vous ?

Bien sûr que j’en serai, et avec enthousiasme, encore ! Je serai toujours de tout ce qui pose clairement le seul problème qui vaille à mon sens, auprès duquel tous les autres ne sont que vaine agitation sur un théâtre d’ombres, au bord du gouffre : le changement de peuple et de civilisation. Cette manifestation-là a l’immense avantage de ne présenter aucune ambiguïté. Riposte laïque y appelle, Résistance républicaine aussi, les Identitaires, l’In-nocence, le NON, tous ceux qui entendent signifier clairement et simplement leur refus de la substitution ethnique et de la colonisation en cours. Les Suisses nous ont donné l’exemple. Engouffrons-nous dans cette brèche, quitte à l’élargir de toutes nos forces. Personnellement, je ne suis pas du tout favorable à l’immigration choisie, par exemple : je suis favorable à pas d’immigration du tout, et même à l’inversion des flux migratoires, à la remigration. Tous les Français de cœur, de culture et de sang (pas nécessairement les trois à la fois !) qui ne veulent pas, demain, être étrangers dans leur propre pays devraient être là. Et, entre parenthèses, je serais désolé qu’ils laissent passer les élections européennes sans manifester avec éclat leur refus.

5 mars 2014

À lire aussi

“Peut-être souffrons-nous cette fois de ne pas avoir connu de visible défaite”

"Nous sommes victimes d’une invasion soft, comme tout le reste." …