Il prie pour « les habitants de Gaza » : le dossier Benzema s’épaissit

Benzema

« Toutes nos prières pour les habitants de Gaza victimes une fois de plus de ces bombardements injustes qui n’épargnent ni femmes ni enfants. » Ce tweet de Karim Benzema, publié le 15 octobre, a de quoi choquer. Non par le texte lui-même, mais parce qu’on cherche en vain son pendant ou son corollaire sur Israël. La semaine précédente, l’incursion du Hamas n’a épargné ni femmes ni enfants israéliens : Benzema est alors resté totalement muet. Une réaction ciblée, donc, qui complète le déplaisant curriculum vitae du footballeur, Ballon d’or en 2022.

« L'Algérie, c'est mon pays »

En 2015, sélectionné dans l’équipe de France de football, Benzema fait partie de ces joueurs qui refusent de chanter « La Marseillaise ». Interrogé, il rétorque avec aplomb : « J’aime bien l’équipe de France. L’Algérie, c’est mon pays, la France, c’est juste pour le côté sportif. » Ne lui demandez pas de gratitude pour le pays qui a accueilli son grand-père maternel, où est né sa mère et qui a accueilli son père ; ni de remerciement pour le pays qui l’a éduqué, formé, lui a donné selon son talent une place au sein de l’équipe nationale.

Bien au contraire, Benzema sait se présenter en victime. Lorsqu’en 2016, Didier Deschamps ne l’appelle pas en équipe de France, il déclare que le sélectionneur a « cédé à la pression d’une partie raciste de la France ». Il est soutenu par Éric Cantona et Jamel Debbouze, qui analyse : « Karim Benzema, et par extension Hatem Ben Arfa, paye la situation sociale de la France d’aujourd’hui. » La réalité sociale de Benzema, c’est en réalité le succès professionnel d’un côté, la fréquentation de racailles délictuelles de l’autre. Depuis 2015, Benzema est empêtré dans l’affaire de chantage à la sextape à l’encontre de son coéquipier Mathieu Valbuena. Il a été condamné en novembre 2021 à un an de prison avec sursis et 75.000 € d'amende pour « complicité de tentative de chantage ». Il n’a pas fait appel.

À ce portrait peu reluisant, que manquait-il pour faire de Benzema un parfait joueur de l’équipe de France de football ? Des sympathies non déguisées pour les islamistes. En novembre 2015, Paris ayant été saigné par les attentats, non seulement Benzema ne chante pas « la Marseillaise » d’hommage lors d’un match, mais il en ponctue la fin d’un vigoureux crachat, d'un air exaspéré.

En octobre 2020, le footballeur « like » un tweet de Khabib Nurmagomedov qui réagissait aux propos de Macron après l’attentat contre Samuel Paty : « Puisse le Tout-Puissant défigurer le visage de cette créature [Macron] et de tous ses partisans qui, sous le slogan de la liberté d’expression, offensent les sentiments de plus d’un milliard et demi de croyants musulmans. Que le Tout-Puissant les humilie dans cette vie et dans la suivante. Allah est rapide dans le calcul et vous le verrez. » Damien Rieu avait souligné plusieurs autres clins d’œil de Benzema à l’islamisme. Le Ballon d'or, mécontent, l’avait poursuivi en diffamation. Damien Rieu a été récemment relaxé.

Un tweet à l'adresse « des jeunes » français

Les sentiments antifrançais, pro-islamistes et pro-arabes de Benzema éclairent son tweet isolé qui réserve les prières aux Gazaouis. D’autant que ce tweet a été rédigé en français, contrairement à son habitude : depuis qu’il joue dans un club saoudien, Benzema tweete plutôt en anglais. Un tweet à l’adresse de ses fans français, donc, « des jeunes » comme lui, pour la plupart, et motivés par les mêmes aspirations.

Des aspirations qu'on retrouve chez d’autres joueurs de foot. Attaquant en équipe de France, Nabil Fekir a déclaré à propos des Palestiniens, avec un sens aigu de l’euphémisme : « Allah n'est pas inattentif à ce qu'ils font. » Youcef Atal, joueur de l’OGC-Nice, a lui aussi relayé sur Instagram l’appel d’un prédicateur palestinien : « Que Dieu envoie un jour noir pour les Juifs. » Le même, en 2020, avait liké le tweet de Khabib Nurmagomedov. Tout cela forme un ensemble cohérent. Une équipe, en somme, passée de la pratique de l’islam – avec cette grande question : comment concilier matchs et ramadan ? – au soutien du terrorisme islamiste.

Samuel Martin
Samuel Martin
Journaliste

Vos commentaires

50 commentaires

  1. Je trouve les supporters et les Français pensant que leurs idoles pour la plupart venant du sud défendent ce qui reste de la grandeur et de l’unité de la France seule l’argent par valise entière et par millions les motives a courir ils n’ont rien a faire de nos valeurs occidentales ou de la vie de ceux qui dépense leurs derniers euros pour les soutenir du pain des jeux et une bière ne fait pas le bonheur de ceux qui si adonnent mais de ceux qui les vendent

  2. Que des bonnes raisons d’arrêter de parler de lui et surtout de ne même plus évoquer une quelconque sélection dans l’EDF même pour plier les maillots .

  3. Y a t-il besoin d’en rajouter tous les jours sur cet individu, pour savoir que c’est un islamiste?

  4. L’exemple même de la lâcheté d’un Deschamp. Depuis 50 ans la France baisse son pantalon devant ce genre d’individu qui mâche du chewing gum pendant l’hymne national. Il y en a un autre qui se prépare à faire la même chose « pauvre nahel » Des pleutres qui nous dirigent à tous les étages et des pleutres qui votent mais qui ont un pois chiche dans la tête. Les médias y sont aussi pour quelquechose. Il faut absolument qu’il y ait une justice et que les sanctions tombent.

    • Tout à fait d’accord avec vous, mais hélas, il n’y a pas de « justice », surtout quand ça concerne cette faune.

    • On devrait le déchoir de la nationalité française , quitte à ce qu’il devient apatride avec interdiction du territoire français

    • Pensez vous que le sélectionneur ait son mot à dire sur la composition de l’équipe ? Si pour des raisons politiques il faut untel ou untel dans l’équipe celui-ci doit s’écraser et faire ce qui est dicté par la politique du moment, ou des élections par exemple, ou si les quartiers sont un peu trop remuants. Il y a plein de critères qui peuvent faire intervenir le politique, et cela quelque soit le nom du sélectionneur !

  5. Sous l’image de stars multimillionnaires Benzema et autres footballeurs issus d’une certaine immigration restent des Français de papier qui détestent la France à l’instar des petites racailles des quartiers. Le malheur est que ces derniers prennent ceux-là comme modèles.

  6. IL y a certainement beaucoup à dire sur M Benzema; encore faut-il ne pas prendre les mauvaises raisons. Ainsi, « il prie pour Gaza ». Je vois aucun mal à ça: voilà deux millions de personnes prises dans une nasse, à y tourner comme des animaux affolés pour éviter les bombes, sans eau sans électricité sans soins, et Israël a déjà commencé un bombardement de destruction subtotale, sans vraiment faire de distinction entre civils et combattants. Mais si les civils israéliens méritent qu’on prie pour eux, pourquoi pas les Palestiniens de Gaza? Deux côtés font depuis bien trop longtemps les frais d’une guerre qui n’en finit pas, tant la mauvaise volonté est au pouvoir des deux côtés. Le danger est donc ici bien perceptible: si à l’horreur du Hamas répond une tuerie plus grande de civils, si l’on use des méthodes de celui que l’on combat, alors on ne vaut guère mieux que lui. Israël risque de se compromettre un peu plus. Il faut casser la « spirale » de la violence, cependant qu’on en est à la loi du Talion x 10. Je ne crois donc pas qu’ici « s’épaississe » le dossier Benzema.

  7. Tout ce qui éclate au grand jour aujourd’hui était pourtant visible en 1998 lors de la coupe du monde de foot et pour ceux qui ne l’aurait pas vu, il faut se rappeler le nombre de drapeaux aux couleurs de l’Algérie qui ont salué en France la réélection de Jacques Chirac. Tout le monde voulait voir dans cette victoire la réussite de l’assimilation et là aussi, ceux qui avaient bien compris ce qui se passait étaient vilipendés.

  8. Cela étonnera quelqu’un ici ? Non, bien évidemment. On peut tout de même reconnaitre que cet individu a le courage de jouer cartes sur table, il ne cache pas son jeu et on sait d’emblée à quoi s’en tenir. Une exception en France ? Sûrement pas, ils sont nombreux comme lui à ne pas être Français, mais à qui on a pourtant , bien imprudemment, accordé la nationalité française d’office, sans poser de questions, sans se poser de questions, comme si c’était naturel d’être Français et de se sentir Français. Le résultat est à la hauteur de notre erreur. A vrai dire, je ferai moins de reproches à benzema, qu’à nos dirigeants complaisants avec cette immigration qui déteste et méprise son pays d’accueil et ses habitants. benzema et ses semblables sont nos ennemis, ils sont après tout dans leur rôle, le travail de nos dirigeants, en revanche, était de protéger la France et les Français, pas de les trahir. On peut honorer un ennemi qui combat pour sa cause, mais pas un traître à la Nation, celui-là il faut le combattre et le juger bien plus sévèrement.

  9. Et pourquoi ne prie-t-il pas pour les victimes d’ISRAËL ? A présent, on sait avec certitude dans quel camp il est. Pourquoi ne pas le déchoir d’urgence de la Nationalité FRANCAISE.

  10. Ma grand mère avait un dicton pour ce genre de personne :  » fais du bien à un baudet et tu auras ses pattes à ton nez ».

  11. Il va être le nouveau porte drapeau de ces millions de jeunes musulmans pour qui les lois islamiques sont au dessus de celles de la république, ils vont à travers lui exprimer la haine qu ils transpirent a l encontre la France.

  12. Et c’est nous les racistes . Voilà la différence avec le rugby ou l’on a une équipe de france et le foot ou l’on a des joueurs qui ne sont français que pour le fric ..

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois