On a dit que le naufrage de M. Juppé allait ouvrir, au centre, un boulevard à M. . Ce qui est certain, c’est que s’il semble bien marcher sur les traces de M. Juppé, c’est pour commettre les mêmes faux pas. Et il a beau ne pas avoir, lui, les terribles handicaps de l’âge et du bilan de trente ans de vie à faire oublier, il se prend les pieds dans les mêmes tapis.

Il y eut la fin hurlée de son discours le week-end dernier. Ségolène se reconnut dans ce morceau d’extasitude. Mais en dehors d’elle ?

Et ce week-end, il nous remet ça, lors de son déplacement en Guadeloupe. Dans un tweet de départ : “Avec Mathias, lycéen à Bourg-en-Bresse. Il rejoint sa mère expatriée en Guadeloupe pour . Décollage imminent pour les Antilles !”», écrit-il. C’est évidemment le terme « expatriée » qui a déclenché critiques et sarcasmes. Notamment chez les responsables du Front national (tiens, sont-ils eux aussi accros à Twitter et à Macron ?) : “Expatriée ? La Guadeloupe n’est pas la pour M. Macron ?” “Espérons qu’un passager dans l’avion prendra la peine d’expliquer à Macron que la Guadeloupe est un département français !”

Mais l’équipe de com’, très pro, a immédiatement réagi : “L’équipe web a twitté trop vite et a corrigé immédiatement” et le tweet a été supprimé et réécrit. Et pour régler ce « problème sémantique » et ce « détail minuscule », le community manager lui-même (vous imaginez l’importance de l’affaire) s’est excusé, sur Twitter évidemment : “Je suis allé trop vite, j’ai fait une erreur, et présente mes excuses à ceux qui ont été blessés. Signé le CM.” Ouf, nous voilà soulagés!

Mais “Je suis allé trop vite, j’ai fait une erreur” : c’est quand même tout M. Macron.

Précisons que M. Macron a joint sa photo selfie avec le jeune Mathias en question. Certes, un sondage a indiqué que les sont plus attirés par l’abstention, le Front national ou M. Mélenchon. Mais que M. Macron, qui a pour lui l’atout indiscutable de la jeunesse, ressente le besoin de s’afficher avec un lycéen qui pourrait être son fils, lui qui a décidé, pour satisfaire son ambition, de ne pas avoir d’enfants, cela laisse perplexe sur la de l’ex-ministre.

Vous serez davantage convaincus par l’autre séquence com’ qui s’ouvrait en Guadeloupe : M. Macron a dansé … le zouk, évidemment ! Nous espérons qu’il nous gratifiera d’une bourrée auvergnate et d’une sardane dès son retour en métropole ! Le tour de France de Macron, ça promet !

Dans une interview-confession à La Vie, notre zoukeur a encore déclaré : “Je ne triche jamais. Je me donne à fond.” Sur la première phrase, chacun se fera son opinion sur cet homme qui s’est présenté comme normalien mais ne l’était pas, qui veut agir pour « nos enfants » mais n’en a pas, ce banquier de chez Rothschild qui veut faire une « révolution » et ce ministre de M. Hollande qui n’a jamais été socialiste.

Mais sur la seconde, on ne peut que l’approuver et l’encourager : oui, qu’il continue à se « donner à fond » ! Car, pour le moment, le spectacle est bien lancé : cri, visage extatique, photos selfie, tweet, zouk ! Et les couacs attirent de plus en plus d’amateurs !

De plus en plus d’électeurs ? Là, c’est une autre .

18 décembre 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Mort de Philippe Jaccottet, grand poète et prodigieux traducteur d’Homère

Philippe Jaccottet restera un modèle d'humanisme enraciné, dans un lieu et une culture eur…