Cliquez pour acheter

De seconde main

Dans la salle d'attente d'un médecin, je feuillette un Nouvel Observateur un peu daté. On y cherche des noises à Laurant Deutsch au prétexte qu'il a publié un Paris de Céline. Ce livre est tiré d'un au titre éponyme et disponible en DVD. Sur la même page où il flingue Deutsch, Le Nouvel Observateur s'extasie sur le Céline du comédien Denis Lavant dans sa pièce, Faire danser les alligators sur la flûte de Pan. C'est à n'y rien comprendre... Ou plutôt, si. Laurant Deutsch passe pour royaliste. Quant au réalisateur de la brune pellicule, c'est encore plus grave. Il s'agit de Patrick Buisson qui fut quelque chose à Minute. Et qui — comble de la déchéance — devint conseiller de Nicolas Sarkozy. Denis Lavant est sans doute de gauche. Laurant Deutsch et Patrick Buisson ne le sont point. Céline, génial ! Céline, antisémite ! Ainsi, Le Nouvel Observateur saucissonne Louis Ferdinand Destouches. C'est pour le moins lassant, et comme comédie du genre, ça fait des dizaines d'années que cet invariable répertoire est à l'affiche. Céline est un bloc, comme disait Clémenceau de la Révolution française. N'en retranchons rien.

Reste que certains de ses livres demeurent interdits. C'est le cas de Bagatelle pour un massacre qui serait un pamphlet haineusement antisémite. Ne l'ayant pas lu, je réserve mon opinion sur cette délicate question. Et qui l'a interdit ? Le lobby juif ? La Licra ? Le CRIF ? Non. La veuve de Céline, Lucette Destouches, qui a estimé, dans un texte testamentaire, que Bagatelle pour un massacre pouvait faire du tort à l'image de son mari. C'est bien regrettable.

Rien ne vaut un texte pour se faire une religion. On me dit que ce livre maudit est trouvable à prix d'or chez certains bouquinistes et qu'il est consultable en ligne sur internet. Je suis trop pauvre (ou trop radin) pour aller l'acheter sur les quais et ma capacité de lecture sur écran ne dépasse pas deux feuillets. Alors que dois-je faire pour savoir ce qu'il y a exactement dans le livre interdit de Céline ? J'ai chez moi le Journal de Jünger, grand écrivain lui aussi, qui, officier de la Wehrmacht, séjourna à Paris pendant l'Occupation. Ayant rencontré Céline, il rapporte leur conversation en ces termes : « Il dit combien il était surpris, stupéfait, que nous, soldats, ne fusillions pas, ne pendions pas, n'exterminions pas les Juifs. » Ce en quoi l'auteur de Bagatelle pour un massacre se trompait d'ailleurs, car la Wehrmacht fit du bon boulot à l'Est… Mais il s'agit là d'un témoignage de seconde main. Et la déontologie journalistique m’empêche de trouver ça suffisant.

Eau de Lourdes

Le génie français ne sommeille jamais. Je viens d'apprendre que de petits malins commercialisent un savon miraculeux à base d'eau de Lourdes. « C'est bon pour le teint et pour l'âme » précise leur argumentaire publicitaire. Je ne l'ai pas essayé, craignant les effets dévastateurs de ce produit sur les non catholiques.
Mais ça me rappelle une charmante histoire juive d’il y a très, très longtemps. À la frontière polonaise, des douaniers contrôlent un train en provenance de France. Dans un compartiment, deux Juifs, Abraham et Moche, parfaitement identifiables (barbes, kippa, etc.) avec une énorme valise à leurs pieds. « Qu'y-a-t-il dedans ? » demande un douanier. « Nous étions en pèlerinage : c'est de l’eau de Lourdes. » « Ouvrez la valise ! » dit le douanier, sceptique (on le serait à moins). Il prend une des bouteilles, la porte à ses lèvres pour goûter. Et ricanant, il lance : « Ça, de l'eau de Lourdes ? Mais c'est du cognac ! » L'un des Juifs, Abraham, dit alors à l'autre : « Moche, encore un miracle ! »

Miracle !

Ne quittons pas le domaine du spirituel ou du surnaturel. On nous mande du Vatican que le Pape vient, dans son dernier livre, d'annoncer une découverte historique : Jésus n'est pas né à la date traditionnellement admise ! Se fiant aux observations précises d'astronomes qui savent tout sur l'étoile des Rois Mages, le Souverain Pontife estime que le Christ a vu le jour 6 ou 7 ans avant la date communément admise.

Ô miracle ! Noël serait enfin débarrassé de son pesant halo religieux qui empêche musulmans (ils en souffrent le plus), juifs, bouddhistes, shintoïstes, animistes, chamanistes et bouffeurs de curés, de faire mumuse au pied d’un beau sapin. Hélas ! Courte, très courte, joie. Benoît XVI, renseignements pris, ne remet pas en cause le jour de la naissance de Jésus, mais seulement l'année. Il est donc mort 39 ou 40 ans après JC, et non pas 33. La belle affaire. Pas de quoi s'extasier. Abraham et Moche étaient, eux, capables de faire un miracle. Pas le Pape. À sa décharge, reconnaissons qu'il porte un très joli prénom. Pour le reste, et bien qu'infaillible, il est très décevant.

58 vues

23 novembre 2012

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.