Que ferait Charles Perrault en l’an de grâce et de coups de com’ 2014 ? Il s’appellerait peut-être Malik Perrault, et n’écrirait sans doute plus de contes, ou alors, rappeur médiatique, s’adonnerait-il au culte du « vivre ensemble » au pied des tours ?

Il pourrait alors s’inspirer de cette bluette migratoire que le Journal de Saône-et-Loire (édition du 27 octobre) relate avec tendresse à ses lecteurs médusés.

« Samedi, les gendarmes de Louhans ont eu la surprise de voir arriver à la brigade un joueur appartenant au club phare de la ville accompagné d’un adolescent. Ce dernier, d’origine africaine, âgé de 15 ans, explique alors aux militaires qu’il est arrivé la veille sur la ville », raconte la journaliste.

Le jeune Africain dit avoir pris l’avion avec des adultes et pris le train avant d’être abandonné devant le stade de foot de la ville. Aventure littéralement sidérante où toute notre époque absurde est résumée. Comment ce mineur étranger a-t-il pu être littéralement livré comme ça, sans le moindre contrôle ? Est-ce une nouvelle méthode, plus brutale que les autres, des passeurs de l’ ?

L’image est caricaturale à souhait, à la fois comique et effrayante : l’ado black livré en patûre à d’éventuels recruteurs. L’eldorado européen, le foot comme moyen d’entrer dans la « forteresse » . Sauf que là, la filière a choisi un club qui fut professionnel… il y a très longtemps ! Louhans-Cuiseaux était en effet pensionnaire de la deuxième division dans les années 80. Il a, depuis, chuté dans les profondeurs du amateur. Quoi qu’il en soit, le jeune homme « voulait » jouer au foot. Aveu stupéfiant enfoncé à vif tel un clou rouillé dans un monde hurlant. Les gendarmes n’ont pas dû en revenir.

Le cas de Louhans risque de se multiplier. Le grand basculement s’accélère, et dans nos rues déambulent des hommes venus d’ailleurs, quasi téléportés par la mondialisation. Le pays n’arrive plus à suivre, la réalité devient dadaïste, on érige un plug anal et on abandonne Calais à son sort. Au petit matin, les autochtones découvrent l’ de cet apprenti footballeur la langue pétrifiée. Il n’y a plus de mots. L’État agonise, dont les dernières troupes jouent à faire semblant de vivre. Déjà, des associations d’aide aux sans-papiers vont se mobiliser pour accueillir l’amateur de ballon rond. Le conte de fées finira bien. Enfin, pas pour tout le monde, sans doute.

27 octobre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …