n’est pas ma tasse de thé. J’explique pourquoi depuis une dizaine d’années, et en quoi la ligne dite Philippot me déplaît. Ça ne me donne que plus de pour m’ébahir de la vague d’hystérie à froid dont le Front national est aujourd’hui victime.

L’hystérie à chaud, nous l’avons connue en avril 2002. Pour qui rentrait alors de l’étranger, c’était proprement hilarant de voir et ses circuits se battre les flancs pour entrer en transe, comme un enfant qui se force à crier et qui crie très bien en effet, tous les réseaux bandés pour hurler au loup, toutes les lies, la lie révolutionnaire et la lie du pouvoir, conjuguées dans l’exploitation appliquée de l’antifascisme.

Lionel Jospin qui, à la différence d’Alain Juppé, est le plus honnête d’entre eux, a reconnu pourtant que jamais, depuis qu’elle nous joue la comédie du front républicain, la classe politique française (gauche, et centre confondus) n’a cru au danger fasciste. Il n’y en avait pas plus que de beurre à la cuisine sous l’Occupation. On nous a joué un film d’épouvante pendant trente-cinq ans avec un épouvantail de paille, on l’a avoué et l’on remet ça tranquillement, comme si ses aveux n’engageaient que le bon monsieur Lionel.

C’est Jean-Jacques Bourdin, qui compare le FN au califat islamiste, et qui bien sûr ne s’excuse pas, pendant qu’HystéroValls et ses polices tombent sur le dos de Marine. C’est Raffarin, le mieux ciré des polichinelles, qui appelle à un front commun contre le chômage et le FN. C’est l’ineffable Stéphane Richard, PDG d’Orange, fort bien épinglé ici même par M. Fabre-Bernadac, qui appelle les richards du CAC 40 à financer un fonds contre le front. Cela, après les forfaits (c’est le mot juste) de Mgr Ulrich, de La Voix du Nord, des présidents d’université du Grand Est. Enfin, les démocrates qui gouvernent la chaîne parlementaire LCP ont supprimé l’émission “Causes communes” pour la simple raison qu’elle avait donné la parole à Robert Ménard en mai dernier. On nous explique cela uniment, sans éclat de voix, comme s’il s’agissait de la chose la plus naturelle au monde. C’est cela, l’hystérie à froid : il est devenu si normal, si moral, si urgent d’éradiquer le Front national que les personnes les plus pondérées, j’allais dire les plus plan-plan et les plus gna-gna, s’autorisent à agir comme des forbans, des idéologues sanglants, piétinant avec un sourire de madone toutes les lois du bon sens, des convenances, de l’honnêteté et de la raison.

La fusion à froid – nous l’espérons d’ITER – domestiquera un jour l’énergie des bombes H à notre profit ; l’hystérie à froid, technique française brevetée, exploite sans bruit la sombre fureur des foules et des transes au profit d’un système qui refuse de mourir.

21 décembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.