Après des années de mijotage à feu doux à Bruxelles, la question de l’éviction des homosexuels du don du sang sera probablement tranchée cet automne. L’un d’eux ayant porté plainte pour discrimination devant la Cour européenne, l’avocat général vient de déclarer que l'homosexualité ne constituait pas "en soi" un comportement justifiant l'exclusion du don de sang. Comme la Cour suit généralement son avis, il est probable que la sera sommée de prélever les homos comme "les autres".

Victoire du lobby gay, pour qui il n’y a pas de "groupes" à risques, mais seulement des "pratiques" à risques. Le distinguo est subtil, mais les chiffres sont là : en 2012 les découvertes de séropositivité chez les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes était de 14 % (contre 0 ,2 % chez les hétéros.) Par ailleurs, la "fenêtre virologique" pendant laquelle rien n’est décelable dans les sanguins, reste de trois petites semaines.

Bizarrement, il n’y a jamais eu de contre-indication spécifique pour une femme dont le partenaire aurait eu des rapports sexuels avec d'autres hommes, alors que l'exposition au risque dans un tel cas est bien réelle. En revanche, le site de l’Établissement français du Sang sait parfois rester ferme : « En cas de séjour en Grande-Bretagne de plus de 12 mois cumulés entre 1980 et 1996, le don du sang est proscrit. Il existe en effet un risque théorique de transmission de l'encéphalopathie spongiforme bovine ou "maladie de la vache folle". Il s’agit d’une application du principe de précaution. »

Ah… le principe de précaution, inscrit par l’inutile Chirac dans la Constitution, que de bêtises déjà commises en ton nom ! Bref, si on essaye de s’y retrouver dans ce fatras, on dira que pour donner son sang, il vaut mieux revenir de Mykonos que de Londres… Et de toute façon, on discute du des anges, parce qu’à l’interrogatoire du don du sang, on ne déclare que ce qu’on veut bien déclarer. Je me suis laissé dire que dans les années 80, quand un jeune coiffeur efféminé venait donner son sang, on le prélevait très courtoisement, sa poche de produit était mise dans un conteneur spécial, lequel finissait à l’incinérateur…

La merveilleuse institution du don du sang est faite pour sauver des vies, pas pour vérifier qu’on a bien les mêmes droits que tout le monde.

66 vues

20 juillet 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.