Depuis ce lugubre 25 mai, le soir où le plafond de verre lui tomba sur le Front, il erre dans les couloirs de l’improbable. Il scrute les placards entrouverts dans l’idée de s’y cacher le temps que ça passe. François Hollande entame, cette semaine, sa longue marche immobile, celle qui doit théoriquement aller au bout du chemin, l’an de grâce et de coups fourrés 2017.

L’époque est effrayante, et on ne peut plus compter, comme du temps de Tonton, sur les voisins d’à côté. En ce temps-là, le loup Chirac, la «  des clans », ça vous fouettait la moelle épinière, ça ragaillardissait l’apparatchik en cravate. Mais aujourd’hui que tout le monde pense Europe… Pensez donc, le vendeur de pains au chocolat avait au moins le mérite de faire aux bobos. Mais, Jean-François viré tel un malpropre, la maison UMP est infestée par une odeur d’égout. C’est FOG qui le dit, vilain petit canard à la touffe argentée crachant dans la mare.

S’évader à tout prix de ce quotidien fou, de ces “unes” de plus en plus écœurantes, du mépris général. S’imaginer encore grand, sur les plages normandes, le 6 juin, avec Vladimir, Barack ou Angela.

En attendant de vraiment se faire débarquer, le Président rêve de « big bang » et de « choc » avec mièvrerie. Quasi sexuel, il veut fusionner la France, l’étreindre d’un coup sec en lui susurrant post-coït l’histoire des douze super . Un projet un peu baroque, où les départements pourront changer de province, « si possible volontairement », nous dit-on. D’annonces virevoltantes en discours joyeusement dépressifs, François le blagueur s’enferme dans sa chambre d’enfant, empoignant ses jouets de peur que Manu le caïd les lui chipe.

La réforme du mille-feuille est une pâtisserie trop sucrée pour un obèse, et malheureusement pour lui, François est une sorte de qui aurait un peu trop de caries purulentes dans la bouche pour qu’on l’embrasse. En plus, ce fieffé rital, qui se permet de jouer les cadors en écrasant les européennes, plaît aux femmes ! Mais advienne que pourra, le fougueux livreur de croissants va se lancer, réécrire la carte et le territoire, boucler tout ça avec la vigueur d’un boss. Montrant soudain ses biceps mous, il récidive ce lundi, devant le conseil de , lui le chef désarmé, en clamant haut et fort que non, il ne restera pas sourd aux plaintes de la « grande muette » : les crédits militaires seront « totalement » préservés.

Nouvelle carte, France toujours forte. On sait bien que rien ne se fera comme prévu, car déjà la gauche antifrançaise réclame l’abandon de la , déjà les féodaux se braquent dans leurs contrées subventionnées. Pour François, les ennuis ne font que continuer. Le marcheur englué jusqu’au cou dans la boue européiste va finir par le découvrir : la politique ne peut pas se faire éternellement sans l’appui du peuple…

3 juin 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …