Depuis la publication d’"Un Président ne devrait pas dire ça…", je n’entends dire que du mal des auteurs Gérard Davet et Fabrice Lhomme et, encore plus qu’à l’ordinaire si j’ose dire, du président de la République.

[…]

Pour , ce livre serait le coup de grâce qu’en quelque sorte il se serait infligé à lui-même par une étrange pulsion suicidaire qui ressemblerait, tous comptes faits, à l’épisode fatal de DSK à New York. C’est une interprétation que j’ai beaucoup entendue, intéressante mais qui ne me semble pas pertinente. En somme, alors qu’il n’aspire qu’à être candidat et qu’il l’annoncera au mois de décembre, il aurait révélé au contraire, avec ce scandale éditorial, son envie profonde d’abandonner la partie. […]

Je ne crois pas davantage au fait qu’il aurait été poussé à la faute par les auteurs. Il est clair que cet ouvrage n’était pas censé être publié avant l’élection présidentielle de 2017 et le Président a été surpris par cette rapidité inopportune et imprudente.

Mais, pour l’essentiel qui était d’avoir tenu durant cinq ans des propos libres et spontanés qu’il savait enregistrés et donc fidèlement rapportés, François Hollande n’a pas insisté quand Davet et Lhomme ont refusé, conformément à leur accord initial, de lui permettre de relire et donc éventuellement de rectifier telle ou telle citation. Ce qui signifie, à mon sens, qu’il éprouvait plus de soulagement que de gêne à l’issue de ces entretiens sans fard, denses et substantiels.

François Hollande, pour aller du plus simple au plus complexe, s’abandonne à l’évidence dans ce livre […] à un exercice dont il raffole et dans lequel il est passé maître. Commenter, analyser, expliquer, interpréter, faire comprendre. Comme s’il était redevenu le journaliste du Matin de Paris ou, plutôt, comme si, se soustrayant à la gangue présidentielle, il s’échappait avec bonheur du rôle de l’acteur pour se glisser dans celui de l’observateur.

Il faut reconnaître que, sur certains sujets, débarrassé de l’esprit partisan, il est éblouissant de lucidité et de justesse, par exemple au sujet du FN et de Marine Le Pen. Ses jugements, notamment sur Nicolas Sarkozy, Najat Vallaud-Belkacem, Claude Bartolone et les écologistes, sont exacts et percutants. Il a désespéré les socialistes mais il ne s’est pas trompé.

Au passif, l’État, la diplomatie et certaines opérations "particulières" sont tombés, parfois, dans une transparence choquante et gravement attentatoire à la déontologie d’un président de la République.

Je ne peux m’empêcher de percevoir aussi, dans ses confidences, une audace, un risque qui relèvent presque du jeu, comme un potache, l’œil et l’esprit malicieux, s’amusant lui-même de la surprise qu’il crée chez ses auditeurs à cause de son incroyable liberté de ton et de sa volonté de ne rien occulter. Il y a toujours chez François Hollande, même si publiquement il a dû étouffer son goût pour les saillies et les plaisanteries, derrière la gravité contrainte un regard ironique posé sur l’humanité, celle qui l’entoure, le sert ou l’abandonne, et la sienne propre. Comme une comédie qui ne serait jamais totalement prise au sérieux.

Pourtant, au regard du caractère absolument inédit d’un tel dévoilement intime et politique, on doit accepter l’existence d’un irrépressible besoin chez François Hollande. Celui de se camper dans son absolue vérité, de ne plus laisser la moindre ombre sur son caractère et sa psychologie, d’aller au plus profond de ses motivations, de ses forces et de ses faiblesses. Avec un mélange singulier, par moments, de modestie et d’un sentiment extrême de supériorité quand par exemple, à l’encontre de tous ceux l’ayant moqué, humilié, il constate qu’il a été le meilleur et s’affiche, encore aujourd’hui où tout semble l’accabler et révéler ses limites, comme une personnalité indépassable dans le registre politique. Il ne doute pas de sa bonne étoile parce qu’il la sait singulièrement aidée par lui-même.

[…]

Jean Glavany se trompe quand il prétend que les deux journalistes – ils vont gagner beaucoup d’argent, c’est sûr – "ont poussé à la faute&quot. […]

François Hollande n’a pas été victime mais héros ambigu consentant.

Extrait de : François Hollande poussé à la vérité !

31 octobre 2016

À lire aussi

Alain Finkielkraut et Daniel Cohn-Bendit chez LCI : l’un part, l’autre reste !

J'éprouve une forme de nausée face à certains propos de Daniel Cohn-Bendit en 1975 et le 2…