Blog - 6 mars 2013

Hitler, Staline, même combat…

Ils étaient quelques centaines, à Moscou, le 5 mars, pour honorer la mémoire de Joseph Staline, dont on fêtait ce jour-là le soixantième anniversaire de la mort. Brandissant son portrait, et des drapeaux ornés de la faucille et du marteau, ils ont déposé des bouquets de fleurs devant son buste, entre la place Rouge et le mur du Kremlin.

– Ah tiens, dira l’innocent, un buste de Staline se dresse donc au centre de Moscou ? En 2013 ? Mais je croyais que la Russie n’était plus communiste ?

– Ignorez-vous, malheureux, que le maréchal Staline est l’homme qui, de 1941 à 1945, mena la Grande Guerre patriotique contre l’Allemagne ? À ce titre, le président Poutine n’a jamais cessé de lui témoigner de l’admiration. Il n’est pas le seul : d’après un sondage publié le 1er mars par la fondation Carnegie, la moitié de la population russe considère Staline comme le premier de ses héros nationaux.

– Cependant, poursuivra le contradicteur naïf, c’est bien Staline qui, secrétaire général du Parti communiste d’Union soviétique, persécuta ses opposants, de 1922 à 1952, fit régner la terreur, envoya en prison ou au goulag des dizaines et des dizaines de millions de ses concitoyens ? C’est bien lui que les historiens estiment personnellement responsable de la mort d’environ 10 millions d’innocents, chiffre excluant les victimes de la guerre ?

– Ses méthodes furent parfois rudes, je vous le concède. Mais l’essentiel est là : il a vaincu Hitler.

– Cependant, ajoutera l’obstiné, Staline ne s’est-il pas allié avec Hitler en 1939 ? Les deux dictateurs ne se sont-ils pas entendus ensuite pour dépecer et martyriser la Pologne ? Et n’est-ce pas le peuple russe et non Staline qui s’est battu en première ligne contre les Allemands, par patriotisme, indépendamment du régime ? Certes, l’Armée rouge n’y est pas allée de main morte, en Allemagne, en 1945, mais la Wehrmacht avait fait une guerre tout aussi sauvage, en 1941, en envahissant la Russie et l’Ukraine…

– Vous n’allez quand même pas mettre sur le même pied le communisme et le nazisme ?

– Ils sont différents, mais ils se ressemblent comme des jumeaux. Staline n’a sans doute pas exterminé les Juifs, mais il n’a pas hésité à manier l’antisémitisme pour servir ses desseins criminels. Et il a massacré d’autres catégories de la population, jugées socialement irrécupérables. Tuer au nom de la classe ou tuer au nom de la race, c’est toujours tuer…

– Vos propos sont intolérables. Les gens comme vous n’ont pas droit à la parole.

À lire aussi

Jean Sévilla : « Il y a une forme d’embourgeoisement des catholiques qui explique leur choix LREM »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleComment expliquer le vote des catholiques aux …