Editoriaux - Histoire - International - Politique - 17 février 2015

Hidalgo, l’indépendante idéologue

est une vraie idéologue et elle le prouve chaque jour qu’elle passe sous les salons dorés de l’hôtel de ville. Dernière sortie en date : son opposition à la loi Macron dont le vote solennel intervient le 17 février. Ou plutôt son opposition au travail dominical. Doit-on ce rejet au fait qu’elle a été décorée de l’ordre d’Isabelle la Catholique et qu’en conséquence, elle est très attachée au sacro-saint repos biblique ? Non. Son argument est bien plus percutant : travailler le dimanche, c’est « un recul démocratique ». « À rebours de l’histoire décentralisatrice entamée il y a plus de trente ans », ajoute-t-elle. Dans sa ligne de mire, l’empiètement de l’État sur le pouvoir des exécutifs locaux ! Autrement dit, elle ne supporte pas de se voir imposer une mesure qu’elle ne souhaite pas. On sent l’esprit frondeur et indépendant, à l’image d’un hobereau tenant à son pré carré… Elle n’aime surtout pas se faire dicter une loi par un Manuel Valls dont la politique économique est trop teintée de libéralisme. Elle aurait pourtant tout intérêt à accepter sans broncher cette disposition législative. La capitale française serait-elle indigne de figurer parmi les zones touristiques internationales ? Certains travailleurs volontaires n’auraient-ils pas le droit d’arrondir leurs fins de mois difficiles ? Pourquoi le maire de Paris ne défend-il pas les intérêts de sa capitale, de ses habitants d’un jour (touristes) ou de toujours si ce n’est par idéologie ?

La question mérite aussi d’être posée sur le sujet des Jeux olympiques en 2024 et de l’Exposition universelle en 2025. Il est vrai que le choix n’est pas aisé. Mais diantre ! Quand on est maire de la Ville Lumière, ne doit-on pas tout mettre en œuvre pour la faire rayonner ? Là encore, l’idéologie prend le pas sur la cohérence de la fonction. En deux arguments chocs pour les JO, Hidalgo a tranché : « Je n’ai pas porté ce projet dans ma campagne. » « Il faut aussi songer à l’empreinte écologique des Jeux. » Il est vrai que l’écologie est devenue son cheval de bataille depuis son alliance contrainte avec les Verts, au point de vouloir transformer une très grande partie de Paris en vaste zone piétonne, en augmentant pour les résidents les places de parking de 180 % et pour les « visiteurs » de 100 %. D’ailleurs, les HLM qu’elle veut voir fleurir dans Paris au nom de la divine mixité sociale seront-elles aussi BBB (bâtiment basse consommation) ou HQE (haute qualité environnementale) ? N’est-ce pas là encore par idéologie qu’elle entend préempter les logements à travers toute la capitale pour les mettre à disposition des plus nécessiteux ? Le sentiment est peut-être noble. Mais il coûte cher : au minimum 850 millions d’euros par an, sans compter les programmes HLM en cours… Au nom de l’orthodoxie socialiste, en raison de sa proximité avec Martine Aubry, Anne Hidalgo qui a pris sa retraite à 51 ans après seulement dix années ectoplasmiques passées à l’inspection du travail, a un sens très idéologique et personnel du service à rendre au public et aux Parisiens.

À lire aussi

2020 : le coronavirus. 1720 : la peste à Marseille

La maladie serait arrivée à bord d’un bateau en provenance du Levant... …