C’est ce jeune Français inconnu qui, le premier, est intervenu physiquement contre le terroriste du Thalys Amsterdam-.

Il a souhaité garder l’anonymat, pour bien des raisons que l’on peut comprendre facilement, et le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, n’aurait même pas dû en informer les médias, car il serait sans doute très facile de découvrir son identité.

Âgé de 28 ans, employé dans une banque des Pays-Bas, il se rendait aux toilettes de la voiture 12, vers 17 h 50, lorsqu’il s’est trouvé face à un individu qui en sortait, portant une kalachnikov en bandoulière.

Il a tenté de le maîtriser avant qu’il ne s’en serve pour tirer.

Le terroriste est parvenu à se dégager puis a tiré plusieurs coups de feu. L’un des passagers a été atteint. C’est à ce moment-là que deux militaires américains, aidés par un Anglais, ont attaqué le tireur et ont pu le désarmer et le maîtriser.

Ce jeune Français a été conduit à l’hôpital mais ses jours ne sont pas en danger, puisqu’il n’a pas été blessé dans son corps.

Contrairement aux courageux touristes de passage, ce jeune Français n’a pas souhaité être mis sous les feux de la rampe élyséenne et médiatique. Et il a eu certainement raison. En effet, comment peut-il avoir totalement confiance dans nos services de sécurité aux mailles de filet bien larges, et en une justice qui laisse agir en toute liberté de futurs terroristes ?

Il ne peut même pas se protéger lui-même. Comme il est en France, et non pas aux États-Unis, il n’a pas le droit d’être armé, donc il ne peut se défendre à l’aide d’une arme, et fort heureusement d’ailleurs car si, par malchance, il abattait un ou plusieurs djihadistes, et si lui s’en sortait indemne ou presque, il faudrait encore qu’il bataille pour prouver la légitime défense.

Alors, rendons hommage à ce héros inconnu, ce héros de l’ombre, et espérons que les médias, avides de scoop, le laissent en paix et lui permettent de poursuivre sa courageuse vie.

Nous nous souviendrons de lui comme un vrai jeune de France, un de ceux qui ne fuient pas, un de ceux qui résistent.

26 août 2015

À lire aussi

8 janvier 1961 : l’abandon de l’Algérie était voté

Par 75 % des votants, l’autodétermination, donc l’abandon de l’Algérie par la France, étai…