Accueil Discours Halte aux ravages de la haine de soi !
Discours - Editoriaux - Histoire - Politique - Religion - 2 novembre 2014

Halte aux ravages de la haine de soi !

Dès la sortie de son dernier opus Le Suicide français, les détracteurs d’Éric Zemmour ont tenté de discréditer le célèbre polémiste en dénonçant son analyse du rôle de la France dans la déportation des juifs au cours de la Deuxième Guerre mondiale.

Examinons l’objet du délit : dans les pages incriminées, notre incorrigible rebelle conteste la thèse de l’historien américain Robert Paxton, exposée dans son ouvrage paru en 1973 (La France de Vichy), selon laquelle l’État français du maréchal Pétain aurait non seulement collaboré avec les autorités allemandes, mais serait même allé spontanément au-devant des exigences de l’occupant.

Paxton cherche ainsi à démontrer que le gouvernement de Vichy a poursuivi une politique antisémite plus active que celle du IIIe Reich et que si de nombreux israélites furent sauvés, ils ne doivent leur salut qu’à l’intervention indépendante de simples citoyens courageux, en butte à la volonté de l’État français de participer avec zèle au génocide.

S’inspirant des travaux récents du rabbin Alain Michel, publiés en 2011 sous le titre Vichy et la Shoah, Éric Zemmour rappelle que le gouvernement d’alors a au contraire tenté de protéger les juifs français, considérés comme davantage assimilés à la nation que leurs coreligionnaires étrangers, et qu’en toute hypothèse, les fameux « Justes » n’auraient pas pu agir sans la contribution au moins passive du gouvernement de Vichy.

En conclusion, il réfute le sophisme pervers de l’essayiste américain : « Vichy est le mal absolu ; Vichy, c’est la France ; donc la France est le mal absolu » et déplore, dans un chapitre intitulé « De Gaulle raflé au Vel’ d’Hiv” », les conséquences délétères du discours de Jacques Chirac dans lequel celui-ci, dès son élection à la présidence de la République en 1995, reconnut officiellement l’entière responsabilité de la France dans la déportation des juifs vivant sur notre sol, revenant ainsi sur l’affirmation gaulliste du caractère illégitime de l’État français, privé de sa souveraineté par une puissance étrangère d’occupation.

Que des intellectuels américains, comme naguère les agents d’influence soviétiques, travaillent au désarmement moral des peuples d’Europe, notamment du peuple français, en leur inculquant le venin de la culpabilisation peut très bien se comprendre.

Mais l’acharnement de nos « élites » à soutenir exclusivement les thèses de ceux qui calomnient la France à travers son histoire et la détermination de nos gouvernants à édicter des lois mémorielles qui déshonorent notre passé défient la raison !

Au lieu de ternir l’image de la France aux yeux d’une jeunesse qui a soif d’admiration, en particulier celle des « banlieues de l’islam », si fière de son identité d’origine, les nouveaux hussards de la République devraient transmettre le message du vieux soldat Hélie Denoix de Saint Marc « à un jeune de vingt ans », exhortant son interlocuteur imaginaire à « croire, envers et contre tout, à son pays et en son avenir ».

À lire aussi

Nouvelle offensive gouvernementale contre le gaspillage, cette fois non alimentaire

Dans notre société hyper-individualiste, où les désirs de chacun ont vocation à devenir de…