Editoriaux - Presse - Table - Télévision - 22 juin 2013

Guillon, Askolovitch, Cohen… Les nouveaux chiens de garde

Clément Weill-Raynal mis à pied, Frigide Barjot menacée d’expulsion, Nicolas en prison… À qui le tour ? La liste est longue. Tous ces Zemmour, ces Ménard, Brunet, Tasin et autres horreurs qu’il va falloir tracasser, enfermer, contrôler, virer, bâillonner… Quel travail !

Vont-ils y arriver ? Stéphane Guillon est inquiet. Aymeric Caron se fait des cheveux blancs. La tâche s’annonce gigantesque. Cette ribambelle de fachos, racistes, homophobes, islamophobes et phobes en tous genres… Où les mettre ? Quelle peine leur infliger ? Le viol sous la douche, comme l’a suggéré l’humoriste officiel de la cour, est une bonne idée mais est-ce suffisant ?

Dans son effort louable de remettre la France en bon ordre, l’équipe courageuse actuellement au pouvoir semble plutôt frileuse face à cette opposition insupportable. Pour affirmer sa stature et aller au bout de son idéal, il lui faut envisager dorénavant – n’ayons pas peur des mots – la solution finale. Le camp. Tous regroupés dans un endroit clos quelque part dans le Larzac avec un petit F (comme facho) cousu sur la veste.

Pourquoi continuer à tergiverser plus longtemps ? Les matons sont déjà là. Et même que ça se presse au portillon ! Y a du capo à ne plus savoir qu’en faire. Dans la file d’attente, les Guillon, Askolovitch, Cohen et consorts piaffent d’impatience. Pressés d’en finir. D’apporter leur pierre à l’édifice. Tout ça ne va pas assez vite. Hollande est mou, c’est bien ce qu’on avait dit. Il pinaille. Barjot expulsée de son appart’… Mais où allons-nous ? Est-ce de cette manière que l’on parvient à faire taire quelqu’un ? Plaisanterie… Violée par deux antifa peut-être, passée au barbecue sur le Champ-de-Mars pourquoi pas… Expulsée d’accord, mais du pays ! De la sainte France, terre d’asile où ne résideront plus que des Hollandistes purs et durs. Des amoureux de la race suprême, celle des « normal » dans la norme du penser bien.

C’est quand même pas compliqué ! De toutes parts, des « Heil Pépère » fuseraient alors que France Télévisions diffuserait des reportages à la gloire du bon samaritain… L’avenir radieux enfin… La peinardise. L’entre-soi entre gens de bonne compagnie. Vous reprendrez bien un peu d’infusion, cher confrère… Maintenant que l’ennemi est à l’ombre, ne trouvez-vous pas qu’il fait meilleur à respirer dans les rues de notre bon Paris ? Retour à la case XIXe siècle. Le raffinement en moins…

Sur le site du Nouvel Obs, Bruno Roger-Petit, chef de salon, porteur d’infusions, se drape dans le bon droit. Il y eut trouble à la tranquillité et à la sécurité publique, mon bon Prince ! La voix de Louis de Funès dans « La Folie des grandeurs » résonne au loin… Ils osent troubler l’ordre public et ma bonne tranquillité alors que j’étais en plein sommeil… Punissez-les, monseigneur ! Puis il est scandalisé que certains osent comparer cette condamnation à l’absence de sanctions pour les attaquants du RER D. Juste scandalisé. Sans aucun argument à opposer… L’ordre nouveau ne se justifie pas. Il est. Un point c’est tout.

À lire aussi

Le scandale des burgers roses…

C’est un flagrant délit de sexiiiisme ! …