Il est encore trop tôt pour analyser, avec discernement et sans céder à l'émotion, toutes les causes de l'invasion des troupes russes en Ukraine. Il est non moins difficile d'en prévoir tous les effets. On peut cependant assurer que la crise ukrainienne aura sur la France deux conséquences prochaines. Sur le plan politique, elle va dénaturer la campagne électorale, qui fera l'impasse sur le bilan du Président sortant. Sur le plan migratoire, on peut présumer que la France accueillera bientôt des ukrainiens.

a déclaré que « la France, comme tous les autres pays européens, prendra sa part pour assister la population ukrainienne, mais aussi pour accueillir des venus de ce pays ». Marine Le Pen a de son côté assuré, sur BFM TV, qu'il fallait, « bien sûr, accueillir les qui fuient l'Ukraine », ajoutant qu'« on est là au cœur de la Convention de Genève ». Le journal Libération a sauté sur l'occasion pour souligner, comme pour la prendre en défaut, les contradictions de la candidate d'un parti qui avait, en août dernier, lancé une pétition pour dire « non à l'accueil massif de réfugiés afghans ». Il fait semblant de ne pas comprendre.

Christophe Barbier, dans sa chronique matinale sur BFM TV, a involontairement pris la défense de Marine Le Pen, qui pourrait reprendre mot pour mot son argumentation. Évoquant l'éventualité d'une arrivée importante en France de réfugiés ukrainiens, il a rappelé qu'ils étaient des « Européens de culture », une population « très proche, très voisine », que « cette situation ne va pas s'éterniser durant des années » et que la plupart d'entre eux retourneraient dans leur patrie à la fin des hostilités. Des paroles de bon sens qui, dans la bouche de Marine Le Pen ou d'Éric Zemmour, seraient considérées comme discriminatoires.

Il faut pourtant se rendre à cette évidence : entre les réfugiés afghans ou, plus généralement, les réfugiés de culture musulmane et les réfugiés ukrainiens, il y a une différence de nature. L'Ukraine est un pays très majoritairement chrétien, de tradition orthodoxe, bien éloigné de l'islam. Elle est proche de nous par sa civilisation et sa culture. Tout laisse à penser que les réfugiés ukrainiens d'aujourd'hui, comme ceux d'hier, contrairement à une partie des immigrés issus de pays islamiques, n'exporteront pas une culture étrangère, voire hostile à la nôtre, et ne poseront aucun problème d'intégration ni d'assimilation.

Cette différence essentielle ne semble guère être comprise par des esprits qui, au nom d'un universalisme perverti, refusent de prendre en compte les différences civilisationnelles qui peuvent nuire à la cohésion sociale et à l'unité d'un pays, quand elles ne tendent pas à s'imposer. Il existe, chez ces apôtres de la bien-pensance, qui sont aussi les chantres de la pensée unique, une préférence irraisonnable pour tout ce qui est le plus étranger à notre culture. On l'a vu avec les chrétiens d'Orient, dont les persécutions semblent les laisser indifférents alors qu'ils ouvrent facilement les bras à la qui les persécute.

Certains peuples s'assimilent en France mieux que d'autres. Le reconnaître n'est pas une marque de discrimination mais de discernement. Le mot de Saint-Exupéry, « Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m’enrichit », ne peut s'appliquer pleinement qu'entre peuples de cultures voisines, qui s'enrichissent mutuellement de leurs particularités. Nier cette évidence, c'est faire preuve d'un aveuglement coupable ou prendre un malin plaisir à voir progressivement s'éteindre notre civilisation.

7038 vues

27 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

48 commentaires

  1. Il en a mis du temps pour intégrer que l’immigration qui pose problème est celle venue de pays  » non de culture européenne » !

  2. Il faut réfléchir renvoyons les migrants clandestins chez eux et récupérons des ukrainiens, qui eux s’assimilerons.
    Je plaisante mais tout ça me faire rire ou pleurer, je ne sais plus.

  3. « …il y a donc réfugiés et réfugiés… ». C’est une découverte d’un superbe intellect !

  4. Zemmour souligne avec raison qu’il vaut mieux aider financièrement la Pologne ou d’autres pays proches de l’Ukraine pour l’accueil des réfugiés plutôt que de les couper de leurs racines, dans l’espoir qu’ils pourront rentrer chez eux rapidement ; mais il est vrai que c’est plus vendeur de faire appel au sentimentalisme

  5. Une suggestion: il serait nécessaire de renvoyer en Afrique ces dits migrants qui viennent seulement en France faire du tourisme aux frais de la princesse. Ca ferait de la place pour les ukrainiens qui en ont bien plus besoin actuellement. Et ca ce serait de l’humanitaire bien-placé.

  6. Ils semblent ne pas comprendre que les afghans sont aussi pakistanais, ou iraniens et qu’ils ne fuient pas la guerre. Les hommes ukrainiens repartent au pays pour combattre, eux ! Les réfugiés de cette nouvelle guerre, sont des femmes, enfants et personnes âgées.
    Donc oui, il y a réfugiés et réfugiés.

  7. Ciel, vous avez tellement raison, mais tellement ! Nous au Québec nous avons pléthore de racisés qui arrivent par centaine illégalement chaque jour par le Chemin Roxam (Montréal) et qui, au bout d’un certain temps après leur installation financée par le gouvernement provincial manifestent et nous traite d’escalvagistes, de racistes en nous reporchant d’être les ancêtres, les descendants, de leurs persécuteurs des plantations de coton de jadis… Que voulez-vous répondre à ça!

  8. Mes grand parents et parents ont tous été réfugiés en France. Avignon et valence ont été leur lieux de « villégiature » dès leur arrivée ils se sont mis au travail avec les autochtones. Des liens se sont formés. Ils sont retournés en Belgique Même un mariage en 2012. Il y a une grande différence entre les comportements de l’epoque Et ce qui crève les yeux actuellement

  9. Au cours de mes études secondaires dans mon lycée Parisien, dans les années 40-50, j’avais des camarades issus de familles réfugiées; des Polonais, des Yougoslaves, des Ukrainiens, des Roumains, des Tchèques, …. Catholiques, Orthodoxes, Juifs. Ils sont devenus ingénieurs, médecins, avocats, chefs d’entreprise, journalistes,… J’en ait retrouvé plusieurs pendant mon service militaire et certains sont restés de bons copains. Et certaines de leurs soeurs sont devenues nos petites amies !

  10. Non nous n’avons plus les moyens d’accueillir plus de réfugiés de quelque nature que ce soit, il ne faut pas transformer les diplomates en assistantes sociales, Oui il faut aider les Polonnais a accueillir momentanément les Ukreniens en attendant qu’ils puissent retourner chez eux.

  11. On a déjà accueilli entre les deux guerres des réfugiés ukrainiens (il y a des descendants dans mon village) qui se sont très bien intégrés…ils sont uniates, orthodoxes, catholiques…cela dit, avons-nous les moyens d’accueillir de nouveaux réfugiés, quand autour de moi, des retraités vivent avec 800 euros par mois, et ont du mal à remplir le réservoir de leur voiture, dans l’indifférence générale ?Les réfugiés de la guerre devraient être prioritaires devant les réfugiés pseudo « économiques ».

  12. Comme le Polonais ,les Italiens ,les Portugais qui ont fuit la dictature et qui se sont bien intégrés en France tout simplement car ils avaient une culture judeo chrétienne

    Je pens qu il en aurait été de meme pour des coptes ou autre minorités religieuses fuyant les massacres subis au nom de l Islam dans leurs propres pays

  13. Agiter la menacee de réfugiés ukrainiens contribue à accroître l’image négative de Poutine qui pourrait en être responsable. Il s’agit donc toujours de la propagande atlantiste.
    En réalité, les réfugiés ukrainiens vont en Russie.

  14. L’avantage des réfugiés ukrainiens est effectivement qu’ils n’exigeront pas la construction de mosquées. De plus, Poutine leur a déjà fait construire à Paris, quai Branly, une belle église orthodoxe toute neuve.

  15. Euh, un ukrainien mafieux, comme nous en avons parfois, déjà en France, ne m’inspire pas.
    Je me demande d’ailleurs s’ils sont tous chrétiens, sinon, ils n’auraient pas accepter que l’on viole les traités, et ils ne tireraient pas sur des civils.

    Moi, je suis plutôt prête à accueillir les habitants du Donbass, les vraies victimes de l’Ukraine et de l’OTAN.

Les commentaires sont fermés.