Guerre en Syrie : pour une histoire de pipelines ?

Pourquoi l’Union européenne laisse-t-elle les États-Unis l’entraîner dans cette guerre « froide » et peut-être « chaude » avec la Russie, contre ses propres intérêts ? Tout cela pour soutenir l’Ukraine, un des pays les plus corrompus (Le Monde du 5 février 2016) ?

Dans Le Monde diplomatique de juin 2015, Jean-Pierre Chevènement explique que « la russophobie médiatique relève d’un formatage de l’opinion comparable à celui qui avait accompagné la guerre du Golfe en 1990-1991. Cette mise en condition de l’opinion repose sur l’ignorance et l’inculture s’agissant des réalités russes contemporaines, quand ce n’est pas sur une construction idéologique manichéenne et manipulatrice. »

Et en effet, selon un article de l’avocat Robert Kennedy Junior, neveu de JFK, publié dans le magazine américain Politico, et résumé sur Boulevard Voltaire le 29 février dernier : « La décision américaine d’organiser une campagne contre Bachar el-Assad n’a pas commencé avec les manifestations pacifiques du printemps arabe en 2011, mais en 2000, lorsque le Qatar a offert de construire un pipeline pour dix milliards de dollars qui traverserait l’Arabie saoudite, la Jordanie, la Syrie et la Turquie. »

Une proposition refusée par la Syrie et, donc, par son allié de toujours, la Russie, qui avait un autre projet : un pipeline traversant l’Iran et la Syrie pour aboutir à la mer par le Liban. Tous ces morts au Moyen-Orient, et tous ces mensonges, depuis le début de ce siècle pour cause de guerre des pipelines !

C’est ainsi que la CIA, la Turquie, le Qatar et l’Arabie saoudite ont soutenu l’insurrection djihadiste en Syrie et permis l’instauration de l’État islamique.

La CIA fournit 6 millions de dollars à Barada TV, une chaîne de télévision britannique, pour produire des programmes en faveur du renversement du président syrien. Le Qatar investit 3 milliards de dollars pour renforcer l’insurrection, etc.

Robert Kennedy Junior rappelle que, durant les années 50, les États-Unis ont fourni une aide militaire secrète à des dictateurs et autres tyrans en Arabie saoudite, en Jordanie, en Irak et au Liban, animés d’une idéologie djihadiste, en pensant qu’elle constituait un antidote au marxisme soviétique. Que la CIA a mené des opérations clandestines contre Mossadegh en 1953, parce qu’il voulait dénoncer les contrats de l’Iran avec les compagnies pétrolières. Que, dès 1957, elle arma des militants islamistes contre le régime syrien. Qu’elle installa Saddam Hussein en Irak, etc.

Comment Se fait-il qu’aucun journal de la presse écrite et qu’aucune télévision ou radio n’aient retransmis cette information fondamentale alors que, depuis 2011, l’ensemble des médias disent le contraire sur la Russie et la Syrie ?

À lire aussi

L’impunité des arnaques sur Internet

Et que dire du développement inouï, grâce à Internet, du trafic des armes à feu et des dro…