Culture - Editoriaux - Histoire - Justice - Politique - Table - 21 février 2016

Groupes factieux, Assemblée nationale, un mot d’ordre : dissolution

Nous sommes le solvant. Ils sont les excipients.

La dissolution nécessite un solvant. Le café en est un. Ce solvant du sucre a pour effet de réveiller.

L’impuissance de nos gouvernants réside dans leur refus à utiliser un certain solvant.

Un solvant qui a pour nom peuple, puissante substance qui a déjà pas mal dissous dans l’Histoire.

Le président de la République et sa cour préfèrent les excipients.

Comme dans l’affaire de Calais.

Les groupes factieux de nantis nihilistes et apocalyptiques qui sèment le désordre en ville en promettant le chaos sont constitués de petits guerriers qu’eurent rêvé être nos bourgeois replets des ministères. Jeunesse, révolte, violence, manipulation des déshérités dans l’espoir du Grand Soir, le gros kif de ces socialistes dans le retour d’âge. Doux rêve-échappatoire de leur mauvaise conscience quand ils serrent la louche d’un Saoudien pour conclure une affaire peu glorieuse.

Les membres des groupuscules rouges ou noirs veulent tout faire voler en éclats.

L’Occident va mal, le système capitaliste mondialisé montre ses limites et ses tares, l’environnement est cruellement atteint par nos activités productives, les injustices sont légion. Il faut tout recomposer. Tout doit sauter, on détruit pour mieux reconstruire. Nouvelle donne pour le monde entier. Le passé, la culture, les identités, les racines, les souches… table rase ! C’est reparti !

Certes, il y a eu le Cambodge, la Chine, l’URSS, etc. Disons que ces pays furent les œufs de l’omelette, pas de quoi en faire un plat.

Les recettes de ces révolutionnaires demeurent inchangées. Du déjà-vu.

Un seul point est original, nouveau et quasi primesautier, c’est que, cette fois-ci, nos Guevara germanopratins sont clairs : c’est une révolution contre le peuple et non en son nom (le “Che” lui-même se retourne dans sa tombe).

Ces Staline en culottes courtes issus du trotskisme ou d’une écologie dévoyée veulent le dissoudre, le peuple. Le décomposer.

Annihiler le peuple, sorte de nec plus ultra du communisme.

Quel est le poids politique de ces émeutiers dans notre pays ? 1 à 3 %. Celui des excipients.

Quel est le poids politique de l’opposition en France ? 60 à 65 %. Celui d’un solvant fort acide si la droite léthargique consent enfin à se rallier aux gueux.

Qui organisera la prochaine manifestation du peuple et de la nation ? À quand la “Manif pour tout” dont parlait un contributeur de Boulevard Voltaire ?

Le mot d’ordre pourrait être : DISSOLUTION.

Dissolution des groupes factieux qui sèment le trouble public en temps de guerre.

Dissolution de l’Assemblée nationale qui n’est pas représentative du peuple.

Chacun peut proposer moult autres idées de dissolutions, il y a matière.

Pour l’instant, le cours de chimie (sous la direction de madame le ministre de l’Éducation nationale) prend une drôle de tournure : c’est l’excipient qui prétend dissoudre le solvant. Chimie d’un genre nouveau.

À lire aussi

Et si l’on s’était trompé sur la police ?

Cette hypothèse vous rappelle assurément de bien bonnes fables gauchistes… …