Juste rentré d’Afghanistan, un jeune chasseur alpin passablement désabusé nous confiait voilà quelques mois sa vision bien pessimiste sur l’avenir de l’armée française. Il s’en prenait, entre autres, aux « guignols » venus sur le terrain « faire coucou et puis s’en va » en lâchant au passage des perles grosses comme eux. Il en avait notamment après le dernier ministre de la Défense et des Anciens combattants de l’ère Sarkozy passé visiter les troupes au pas de charge en sortant de la Poste (son précédent ministère), le dénommé Gérard Longuet qui, au terme d’un pompeux discours, avait lancé un retentissant « Vive la coloniale ! ». Saillie qui avait vite fait le tour des casernements. Comme si la Légion, les Paras, les Chasseurs alpins, le Train et la Cavalerie appartenaient tous à la Marine… Contents, les gars.

L’actuel vice-président de l’UMP est une figure de joyeux drille. Lui qui a commencé sa carrière à la droite de l’extrême droite – c’est un ancien d’Occident, du Gud et d’Ordre Nouveau – donne aujourd’hui dans le genre comique pour noces et banquets. L’Express l’a d’ailleurs couronné du Grand Prix 2013 du Press club humour et politique pour avoir dit « Hollande est pour le mariage pour tous sauf pour lui. » On s’en tient encore les côtes. Audacieux comme un Christophe Barbier, ce garçon.

Longuet ne se retient plus. Ça fuse. Il défouraille, lance les vannes en rafales, à croire que l’Almanach Vermot est sa lecture du soir. Interrogé mardi par une journaliste du Petit Journal de Canal+ à propos du maintien de la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l’affaire Bettencourt, Longuet lui a répondu par une saynète : « Dans une : Oh vous vous rendez compte, mon fils est proxénète, ma fille est prostituée – Ouf, j’ai cru qu’elle allait être journaliste ! »

Cher Monsieur Longuet, il y a pire encore que tout cela : c’est proxo et pute à la fois, c’est-à-dire un homme politique de votre espèce.

25 septembre 2013

À lire aussi

Jeff Koons condamné en France pour contrefaçon ; le Centre Pompidou complice

L’affaire se serait peut-être arrêtée là si ce monument de l’art contemporain n’avait été …