Cocorico ! Un jeune boucher de 22 ans porte haut les couleurs de la et de ses savoir-faire. Sacré champion du monde lors du World Butcher’s Challenge (WBC) qui s’est tenu en Californie, début septembre, Gauthier Détrés, originaire de la région de Bordeaux, redonne à la boucherie ses lettres de noblesse.

22 ans et déjà un sacré palmarès

A écouter les médias, rimerait avec rodéos urbains, ou jeux vidéo. Pourtant, loin de ces réalités, une autre jeunesse entreprenante existe. Gauthier Détrés appartient à cette deuxième catégorie. Apprenti boucher devenu boucher, son si ordinaire fait de lui un jeune homme extraordinaire.

Sa passion pour la viande commence tôt, dès sa plus tendre enfance. « Mes parents avaient une maison de campagne en Dordogne et je les accompagnais chez le boucher du village. Il a accepté de me prendre un jour ou deux pour faire des steaks hachés et en le voyant travailler, j’ai eu le déclic ! » raconte-t-il au Monde des artisans. Une fois le CAP et le brevet professionnel de boucher en poche, il réalise enfin « son rêve de gosse » : être boucher. Mais ce « grand compétiteur », comme nous le décrit Philippe Lalande, Meilleur Ouvrier de France 1994 et membre de l’équipe de France de boucherie, ne s’arrête pas là. Gauthier, adepte du cyclisme amateur de haut niveau pendant son temps libre, enchaîne les compétitions de boucherie avec un certain succès. Du haut de ses 22 ans, il affiche un palmarès déjà bien rempli : médaille d’argent au Salon de l’agriculture (2019), médaille d’or aux Olympiades des métiers de Nouvelle-Aquitaine (2020), médaille d’or au trophée Daniel-Huvier (2021), champion d’Europe avec l’équipe de France (2021), médaille de bronze aux WorldSkills France (2022) et maintenant champion du monde dans la catégorie « Jeune Boucher ». « La première fois que je l’ai rencontré lors d’une compétition au Salon de l’agriculture, je me suis dit que ce garçon irait loin », se souvient Philippe Lalande, contacté par . Pour Gauthier, cette victoire au WBC est simplement « un rêve devenu réalité ».

Au sein de l’équipe de France de boucherie, beaucoup ne sont pas surpris des victoires de ce petit prodige de la boucherie qui a rejoint la délégation française en 2019. « Il a toujours été très assidu et rigoureux. Il écoute tout pour se perfectionner », nous explique l’un d’eux. Et un autre d’ajouter : « Il est très investi. Il prenait le train le samedi soir, dès le dimanche matin on travaillait tous ensemble et le lundi soir, il repartait en Gironde et commençait sa semaine aux aurores le mardi matin. Il a fait d’énormes sacrifices. »

Défendre les artisans bouchers

Quelques jours après son sacre, Gauthier, aux côtés de Mickaël Chabanon, reconnu champion du monde pour le travail du bœuf, et de Christophe Ip Yan Fat, champion du monde de découpage et parage, peut être fier d’avoir mis à l’honneur le savoir-faire français. Avec son stand aux couleurs de Bordeaux, « il a montré que la boucherie, ce n’est pas seulement la découpe mais qu’il y a aussi de la créativité », explique Philippe Lalande. Comme il le confiait aux organisateurs du trophée Daniel-Huvier, Gauthier souhaite en effet « montrer aux gens que la boucherie, ce n’est pas juste un monsieur tout rouge qui a du sang partout mais que c’est un métier artistique ». Fabien Roussel, grand défenseur de la viande, n’a pas manqué de saluer sa victoire sur son compte Twitter. « Toutes mes félicitations à ce jeune Girondin qui fait vivre un savoir-faire au service d’une meilleure alimentation pour toutes et tous ! » écrit l’élu communiste.

À l’heure où les bouchers sont régulièrement la cible de militants écologistes et vegan, « la victoire de Gauthier permet de redonner une belle image de la boucherie », conclut Philippe Lalande.

6402 vues

13 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

  1. Depuis l’âge de 14 ans jusqu’à l’âge de 8os ans j’ai travaillé dans la boucherie, aujourd’hui je suis à la retraite et pour faire ce métier il faut vraiment l’aimer .je félicite ce jeune homme qui me rappelle mais 20 ans …

  2. Avec ces compétences, un grand marché s’ouvre pour lui : Il pourra proposer ses préparations de viande de porc dans le écoles de Lyon et Grenoble !

  3. Bravo Gauthier ….étant professionnel ( en retraite ) des métiers de bouche , je sais ce que ces récompenses et titres veulent dire en matières de travail et de conscience professionnelle , merci surtout pour nous les anciens qui voyons arriver beaucoup jeunes dont les repères familiaux , scolaires sont absolument nuls .
    Le monde vous ouvre les bras , mais ne restez pas en France car les écolos végans voudraient bien vous les attacher …sauvez vous , beaucoup de pays voudraient vous accueillir aujourd’hui car vous êtes l’alter ego de la Haute Couture ou de L’aérospatiale made in France ..merci

  4. Madame Sandrine Rousseau est fière de voir un mâle surtout de race blanche, qui fait sa vie professionnel dans la viande, faire une tel qualité que tout le monde, elle en premier, une tel réputation. Un secteur d’avenir.

  5. Pourvu que les ultras specistes au QI d’huître ne viennent par pourrir la vie de ce garçon par des menaces, des insultes, voire des attaques physiques comme ces grands démocrates en ont l’habitude.

  6. Heureusement que BV parle de personnes méritantes comme cela sinon c’est plutôt les voyous en moto qui sont des vedettes !!

  7. Bravo Gauthier Détrés !
    Et merci pour la France !
    Voilà qui met du baume au cœur !
    La Rousseau, les végétariens et les vegans, ceux qui bouffent les emballages et jettent le contenu, n’ont qu’à bien se tenir.
    En France on peut se servir d’un couteau pour autre chose que de s’attaquer à un être humain.
    L’espoir fait vivre !
    Et si en France on se donnait plus de mal à offrir la chance à des jeunes gens bien dans leur tête, tel Gauthier Détrés, à se réaliser plutôt qu’à de se déconstruire, le pays se porterait sûrement mieux.

  8. Mon beau-frère Espagnol (qui vivait à Londres avant d’habiter 15 ans en Amérique Latine) me le disait déjà  » ll n’y a qu’en France qu’on sache travailler la viande et le pain . En Espagne on vend « de la viande » des cornes à la queue sans distinguer « 

    1. il n’y a pas qu’en ‘Espagne l’Allemagne, l’Angleterre, la Roumanie, la Russie etc…, je crois qu’il n’y a qu’en France ou, non seulement nous différencions les parties de la bête, mais également portons un soin particulier à sa préparation/présentation pour la cuisson.

  9. Bravo à ce jeune qui représente la vrai jeunesse avenir du pays. Qu’il se protège de ces vegans destructeurs.

  10. Bravo Gauthier, j’espère que les végétariens et véganismes de tous polis ne vont pas lui gâcher son plaisir.

  11. Félicitations à ce jeune garçon dont le courage et le talent devraient faire pâlir de honte tous ces végans et anti tout qui polluent la France.

  12. Bravo à Gauthier ! Bravo et merci à BV pour montrer que la passion peut se trouver partout y compris dans des métiers dits « manuels » tant décriés et moqués depuis des années ( années 1968) par les « intellectuels » qui ne savent pas toujours faire quelque chose de leurs mains… Comme s’il fallait être idiot pour être boucher, boulanger, menuisier etc. Beaucoup de jeunes, pas mal de professeurs également, devraient lire cet article et s’en inspirer. Laissons les vegans de côté, dans leur misère mentale, participer aux championnats de « steak végétaux »!

  13. Il faudrait arrêter d’appeler les voyous des « jeunes ». Ce serait rendre justice pour tous ceux dont la valeur n’attend point le nombre des années. Ce jeune homme, bel exemple de maîtrise de son métier, n’est pas le seul et unique. Il y en a beaucoup d’autres comme lui qui sont sérieux, appliqués et qui aspirent à une vie de travail honnête.

  14. Bravo a ce jeune homme, un p’tit gars bien de chez nous. Hummmm comme c’est bon un steak bien saignant ou une côte de boeuf au barbecue. S’ils ne sont pas contents que les végans aillent se faire cuire un oeuf.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter