Se dirigeant vers la place Beauvau, les policiers en colère criaient, mercredi 19 octobre, « Cazeneuve démission ! » Pour Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, cela ne fait aucun doute : le Front national est à la manœuvre, manipulant les fonctionnaires de . Aux ordres du pouvoir, Libé a même osé titrer : "Colère policière. Le FN en embuscade."

Les propos de l’ancien trotskiste sont d’une extrême gravité, sous-entendant que les policiers ne suivent plus les ordres du ministère de l’Intérieur mais ceux d’une formation politique. Espace dans lequel se sont engouffrés les agitateurs de la sphère marxiste culturelle, au premier rang desquels on retrouve Sihame Assbague, proche du Parti des indigènes de la République, qui s’est fait connaître par son virulent racisme anti-blanc et sa haine viscérale des représentants de l’État.

Elle a, d’ailleurs, publié un tweet édifiant à propos de la manifestation : "Franchement, les vidéos sont effrayantes. Déjà que, sans ça, on se demandait “qui nous protège de la police ?”, mais alors là…" Sur quelle planète vivent monsieur Cambadélis et mademoiselle Assbague ? La réalité est autre, les policiers étant victimes de l’extrême violence des terroristes islamistes et des racailles de ces quartiers qui ont fait sécession, sortis de la France historique pour mieux vivre des aides sociales et des trafics illégaux.

Pourquoi les policiers manifestent-ils ? Parce qu’ils sont en première ligne contre la non-France qui est en train de gangrener le pays tout entier. Cette même non-France qui a fait perdre deux rangs à la France dans le classement des pays les plus touristiques ou qui fait chuter les résultats d’ensemble des élèves français. Nos forces de l’ordre sont présentement sous-équipées, en sous-effectif à cause de Nicolas Sarkozy, lâchées par les juges rouges qui laissent les voyous sévir sans jamais vraiment les sanctionner et culpabilisés par les responsables associatifs qui pratiquent la culture de l’excuse.

Aujourd’hui, 57 % des policiers sont prêts à voter pour Marine Le Pen en 2017. Ils ont eu tout loisir d’observer la déliquescence des exécutifs qui les dirigent et comptent sur un pouvoir fort pour les protéger. Que veulent-ils ? Pouvoir exercer correctement leur métier sans être les cibles de barbares armés jusqu’aux dents ayant la haine de la France chevillée au cœur. L’un d’entre eux le disait au micro de RMC : "Nos ordres ? On doit verbaliser mM. Tout-le-Monde mais aller dans les cités avec parcimonie."

François Hollande l’a récemment admis : la France se divise pour longtemps. D’une extrême couardise, les responsables politiques sont effrayés à l’idée que les "cités" puissent s’embraser comme en 2005. Une situation intenable, prélude d’une guerre civile à venir sans restauration immédiate de l’autorité de l'État sur tout le territoire. Il faut mettre au pas la racaille. Donnons, enfin, aux policiers les moyens de dresser les populations indociles qui refusent de se soumettre aux lois de la République. Ainsi, vous verrez qu’ils ne manifesteront plus.

7567 vues

20 octobre 2016

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.