Editoriaux - Politique - Presse - Radio - Télévision - 28 mai 2015

Frères d’Orient, mieux vaut crever qu’être secourus par des hommes de droite !

Soutenir les persécutés doit rester, selon Libé, l’apanage des associations de gauche. Que des gens classés à droite, voire – horresco referens ! – à l’extrême droite, se consacrent à soulager la misère d’autrui fait réagir les journalistes du quotidien bobo. Surtout si ces gens osent rappeler que la politique de l’Occident vis-à-vis de Bachar el-Assad est une folie qui mène droit à l’extermination des populations chrétiennes.

C’est ainsi que, dans un article du 21 mai dernier, Libération recopiait presque in extenso un papier publié la veille sur le site BuzzFeed sous le titre « SOS Chrétiens d’Orient, une association humanitaire discrètement noyautée par l’extrême droite ». En cause, les opinions politiques de membres de cette association, qui semblent évidemment hérétiques à la presse bien-pensante.

On apprend, à la lecture de cette intéressante prose, que « le président de l’association Charles de Meyer est un ancien membre de l’association anti-mariage pour tous proche des milieux identitaires Printemps français et ancien collaborateur du député d’extrême droite Jacques Bompard. Le cofondateur et trésorier Benjamin Blanchard a lui aussi travaillé pour Jacques Bompard avant de rejoindre l’eurodéputée frontiste Marie-Christine Arnautu. En plein débat sur le mariage pour tous, il s’est également fait interpeller le 24 mars 2013 devant les grilles de l’Élysée. […] Un autre dirigeant nommé Olivier Demeocq est collaborateur à ses heures perdues de Radio Courtoisie (classée, elle aussi, à l’extrême droite de la bande FM) […]. Enfin, le chef de projet de SOS Chrétiens d’Orient, François-Xavier Gicquel, a fait ses armes au FN avant de rejoindre le groupuscule radical Jeunesse nationaliste dissous après la mort de Clément Méric. »

Bigre ! Voilà une belle brochette de dangereux activistes et l’on comprend que les ligues de vertu s’en émeuvent. Elles qui n’ont jamais soutenu que de bons démocrates – sans jamais s’interroger sur les complicités de certains journalistes avec tout ce que la terre a connu de révolutionnaires sanglants, d’amateurs du boucher communiste Che Guevara ou de terroristes sud-américains – peuvent en effet se prévaloir d’une solide réputation de moralité.

Mais le plus grave, pour ces impitoyables censeurs, est que cette association ait eu les honneurs de la télévision, de certains journaux et même du groupe d’étude sur les chrétiens d’Orient au sein de l’Assemblée nationale. Interrogé par BuzzFeed, le député Thierry Mariani a vertement répliqué : « Je ne regarde pas l’origine des membres d’une association. Cela ne me dérange pas qu’ils soient d’extrême droite puisque la priorité, c’est d’empêcher que des chrétiens soient persécutés. Nous n’avons pas à faire le tri entre les bonnes et les mauvaises associations. »

N’en déplaise à nos donneurs de leçons, le génocide de nos frères orientaux est une réalité qu’il faut combattre par tous les moyens. Que les animateurs de cette association aient, à titre personnel, des convictions droitières affirmées ne change rien à la justesse de leur cause. Qui rappelle que le très communiste Secours populaire a parfois pratiqué la discrimination en faveur des « bons » électeurs ? Le bon Samaritain a-t-il présenté un certificat de civisme avant de soigner et sauver son prochain ? Sur quels critères ces bénévoles doivent-ils être autorisés à accomplir leurs actions ?

Mais au nom de la morale, Frères d’Orient, mieux vaut crever qu’être secourus par des hommes de droite !

À lire aussi

Patrick Buisson et l’union des droites

Si on le suit, on constate en effet que le rassemblement des « droites » est une chimère. …