Ouf, on est soulagé ! La cacophonie gouvernementale sur les Roms va peut-être prendre fin…

La première séquence avait opposé Valls à Duflot. Fort des sondages qui le soutiennent à 77 %, le premier juge la référence de la seconde au pacte républicain insupportable. On ne peut que l’approuver. La sottise profonde des propos de la ministre a franchi une triple ligne.

D’abord, celle du bon sens, effacée par des réflexes idéologiques qui nient la réalité. Le lien entre immigration roumaine et délinquance est un fait, non un fantasme.

Ensuite, celle de la solidarité ministérielle qui interdit à un ministre d’en critiquer un autre, et ici, de façon gravissime, un collègue sur une question de sa compétence, alors qu’on est en charge d’un autre domaine. Cette entorse à la règle souligne une nouvelle fois la faiblesse d’une présidence dont le titulaire ne possède pas l’autorité indispensable.

Enfin, les Français attendent de l’exécutif de la Nation qu’il privilégie l’intérêt national et les écoute. Manifestement les gauchistes repeints en vert leur préfèrent leurs vieux préjugés. La logique institutionnelle exige à l’évidence le départ de Duflot. Si cela n’a pas lieu, on saura que les intérêts du parti, en vue notamment des municipales, passent avant ceux du pays. Ce ne serait malheureusement pas une découverte.

Aujourd’hui, on respire, puisque, à l’issue du Conseil des ministres, Najat Vallaud-Belkacem nous apprenait que le chef de l’État a voulu « mettre un terme définitif » à la polémique, rappelant que « la France avait des valeurs et des principes et que la politique à l’égard de la population Rom les respectait scrupuleusement »… Ça c’est trancher !

2 octobre 2013

À lire aussi

France : on liquide !

Quelle est la cause de ce suicide lent et inexorable ? La trahison des élites ! …