Après RTL, voici notre mal-aimé Président sur Europe 1, non pas en direct des studios de la rue François 1er à Paris, mais en direct de Pékin face à un Elkabbach plus consensuel que jamais et doux comme un agneau qu’il n’est pas lorsqu’il a un vrai homme ou une vraie femme politique en face de lui.

 La veille, François Hollande avait fait licencier un journaliste (rappelant les heures les plus sombres du journalisme d’État), en la personne de Philippe Verdier, le Monsieur Météo de France 2 que vous ne verrez donc plus jamais sur une chaîne publique que pourtant nous finançons pour une petite fortune chaque année par le biais de nos impôts. Nous souhaitons à notre jeune confrère que son chèque d’indemnités soit conséquent. C’est Delphine Ernotte qui lui a notifié son licenciement par une lettre dans laquelle elle ne mentionne ni l’esprit du 11 janvier décidément fort malmené en ces temps de pré-élection, ni ses liens rapprochés avec l’Élysée via, notamment, Anne Hidalgo.

Tout cela à cause de la COP21, cette usine à gaz du développement durable et du faux ou possible réchauffement de la planète, dont M. Verdier a eu l’audace, le culot, de contester l’intérêt. François Hollande s’est donc rendu à Pékin pour y vendre sa COP auprès des dirigeants de la Chine dont il a dit pour les passionnés auditeurs d’Europe 1 qu’elle « est une référence et d’une grande influence auprès des pays émergents » sans lesquels la COP21 ou la COP50 ou la COP tout court n’aurait plus aucun sens.



Au micro d’Europe 1, Hollande ne s’est pas contenté d’évoquer cette conférence emblématique. Il a poursuivi, envers et contre tout et tous, sur l’irrémédiable départ de son ennemi numéro 1, Bachar el-Assad, dont on ne sait pas vraiment ni comment ni pourquoi il le trouve pire que tous les dirigeants réunis de l’État islamique… Le journaliste vedette de la station n’a bien entendu nullement évoqué l’attitude suicidaire de la France face à la dont les succès militaires quotidiens en Syrie ne font d’ailleurs plus partie des nouvelles diffusées en France.

Évoquant ensuite sa très contestée visite « à la Giscard » à Mme Lucette, dont la mise en scène était aussi théâtrale que déroutante, il s’est vanté de vouloir « rencontrer autant de compatriotes que possible », ajoutant non sans une évidente arrière-pensée électoraliste : « Sur le contact direct, je sais que les Français savent me trouver. » Là encore, silence du sieur Elkabbach… Faut pas lui en vouloir, on ne peut pas être combatif tous les jours !

Bref, une fois de plus François Hollande a voulu marquer d’un grand coup de com’ sa présence sur les ondes, avant l’ouverture de la COP21 qui va voir déferler le monde entier dans les rues de Paris, et surtout avant les élections régionales (dont le Président n’est d’ailleurs pas certain du tout qu’elles soient une catastrophe pour son cher PS aux mains de son cher ami Cambadelis).

 Après Le Chasseur français, RTL, Europe 1, sa prochaine visite dans un studio radio sera-t-elle pour Radio Courtoisie, TV Libertés ou Radio Beur FM ?


Notre Président n’est-il pas prêt à tout, jusqu’à sacrifier son âme, pour remonter de quelques points dans les damnés sondages qui lui sont si défavorables ?


3 novembre 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.