Entretien réalisé par Nicolas Gauthier

Qu’on s’en félicite ou non, l’Allemagne signe son grand retour sur la scène internationale et européenne. Fin d’une époque et solde de tout compte de la Seconde Guerre mondiale ?

Bien que beaucoup de gens ne paraissent pas s’en rendre compte, il n’est pas exagéré de dire qu’il s’agit là d’un événement historique. C’est en effet la première fois depuis 1945 que l’Allemagne s’affirme, non seulement comme une grande puissance économique, mais comme une puissance dont la voix politique commence à porter. Tournant considérable. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands s’étaient vu intimer de se détourner définitivement du domaine militaire et de ne plus faire preuve désormais de leurs capacités d’excellence que dans le domaine économique. En 1944, le plan Morgenthau, rédigé à la demande de Roosevelt, était même allé jusqu’à préconiser la désindustrialisation de l’Allemagne, son démembrement et sa transformation en un pays uniquement pastoral ! L’Allemagne échappa à ce sort grâce à la guerre froide. Pendant plus d’un demi-siècle, elle fut donc un géant économique doublé d’un nain politique.

Les choses ont commencé à changer avec la chute du mur de Berlin. Les Allemands sont d’abord parvenus à intégrer et à remettre à niveau les Länder de l’ancienne RDA, ce qui n’a pas été un mince exploit. Ils ont ensuite réanimé leurs anciens liens avec les pays d’Europe centrale et orientale (Hongrie, Tchéquie, Pologne, Croatie, Roumanie, etc.). Ils ont également obtenu que l’euro ait la même valeur que l’ancien mark, ce qui n’a d’ailleurs pas été sans poser les problèmes que l’on sait. Aujourd’hui, ils prennent politiquement l’initiative, avec d’autant plus de facilité que la France est affaiblie et que les pays du sud de l’Europe sont ruinés. Le refus de l’Allemagne de participer à la seconde guerre du Golfe était déjà un signe. L’activisme déployé par la chancelière allemande dans l’affaire ukrainienne en est un autre.

Certains s’en affligent, notamment dans les milieux souverainistes, qui ont toujours eu du mal à admettre que l’Allemagne ne soit pas la principauté de Monaco, et ne se privent pas de dénoncer à tout bout de champ « l’Europe allemande ». Je n’appartiens pas à ces milieux, qui me paraissent avoir oublié que, dès février 1962, dans son discours de Hambourg, de Gaulle appelait à faire de la coopération franco-allemande « la base d’une Europe dont la prospérité, la puissance, le prestige égaleront ceux de qui que ce soit ».

L’Allemagne est le plus grand pays d’Europe occidentale. Elle occupe en Europe une position centrale. Il n’est pas illogique qu’elle retrouve aujourd’hui la place qui va de pair avec cette position. Cela ne veut certes pas dire que les choix politiques qu’elle fera dans les décennies qui viennent seront nécessairement les bons. Mais pour l’heure, bornons-nous à faire ce constat : Angela Merkel « tient le continent européen », comme le dit Emmanuel Todd (qui va jusqu’à déclarer que, s’il n’avait pas d’autre choix, il préférerait l’hégémonie américaine à l’hégémonie allemande, ce qui n’est pas mon cas).

Les Allemands participent aux sanctions contre Poutine, alors même que leurs investissements en Russie sont considérables. Paradoxe ?

L’histoire des relations entre l’Allemagne et la Russie, dont la Pologne (et l’Ukraine !) a souvent fait les frais, est complexe. Au cours de l’histoire, l’Allemagne a été tour à tour l’alliée et l’adversaire de la puissance russe. Aujourd’hui, elle ne peut effectivement négliger ses investissements en Russie. Mais elle peut aussi être tentée par une autre politique : rassembler autour d’elle les anciens pays satellites de l’URSS pour en faire une zone d’influence en Europe centrale, et s’affirmer progressivement indépendante de la Russie comme des États-Unis. On en est encore loin, mais cela peut s’envisager. C’est ce que fait Emmanuel Todd, quand il déclare pressentir « l’émergence d’un nouveau face-à-face entre la nation-continent américaine et le nouvel empire allemand ». D’où ses critiques de l’Amérique qui, selon lui, devrait avant tout redouter l’affaiblissement de la Russie. Ce qui est sûr, c’est que d’ores et déjà, l’Allemagne s’est substituée à la Russie comme puissance contrôlant l’Est européen, ce qui n’est pas sans conséquences pour les relations entre Moscou et Berlin.

Et pour la France, coincée entre Mitteleuropa et puissant voisin anglo-saxon, aujourd’hui plus affaiblie que jamais, quelles perspectives ?

Aujourd’hui, c’est de toute évidence Angela Merkel qui porte la culotte dans le couple franco-allemand – non parce que l’Allemagne est trop forte, mais parce que la France est trop faible. La France ne peut espérer contrôler l’Allemagne, mais elle peut peser sur ses orientations. Ou plutôt elle le pourrait si elle avait elle-même la volonté de s’émanciper de Washington. Le problème, aujourd’hui, c’est qu’elle a choisi la servitude. Et que l’Allemagne est tout autant qu’elle disposée à signer le traité transatlantique dont le grand objectif est de passer un anneau dans le nez des Européens.

11 octobre 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.