On n’a pas encore, à ce jour, retrouvé les 52 kilos de cocaïne volés dans la salle des scellés de la brigade des Stup’ du 36, quai des Orfèvres. Le brigadier mis en examen et écroué nie tout, et rien, à ce jour, ne prouve qu’il est l’auteur du casse sinon les collègues qui pensent avoir reconnu sa silhouette sur les vidéos de la maison. On a, certes, retrouvé 20.000 euros à son domicile, au fond d’un sac à dos, mais il assure qu’il s’agit de gains au jeu (en ligne !). Peut-être faut-il aussi attribuer à la chance les sept appartements qu’il possède, bien que modestes ?

Bref, on n’a pas retrouvé la coke. Mais en la cherchant, on a trouvé d’autres choses prouvant que, si il y a, ce n’est pas chez les dealers. En ce domaine, bien au contraire, les affaires semblent particulièrement florissantes. Et dans ce secteur, à chacun son marché. On apprend ainsi incidemment que la volée quai des Orfèvres avait été saisie début juillet lors du démantèlement d’un gang sénégalais. Valeur marchande : 3,5 millions d’euros. Plus rentable, assurément, que le fameux bail zaïrois en vogue dans les années 2000.

Lancés, donc, sur la piste de la poudre itinérante, les limiers et leurs chiens ont atterri à Chinatown, dans le XIIIe arrondissement, où ils sont tombés « tout à fait par hasard » sur une Renault Kangoo contenant 300 kg de . Et plus loin sur une seconde Renault Kangoo qui en contenait 600 kg. Très pratique pour le stockage, la Kangoo.

Plus globalement, les moissons de l’été sont abondantes. En vrac : le 21 juillet, 1,5 tonne de cannabis saisie dans un camion par la brigade d’Arcachon, sur l’autoroute A63. Prix à la revente : 9 millions d’euros. Les 26 et 27 juillet, de nouveau 1,5 tonne de cannabis dans deux convois distincts de “go fast” en provenance d’. La même semaine, 900 kilos saisis à , et 500 dans le département des Landes…

Malgré les chiffres impressionnants, une goutte d’eau dans l’océan du trafic sachant que « 300 tonnes de produit arrosent le marché chaque année », dit un officier de la PJ parisienne. L’herbe se vend bien, la coke aussi, le reste avec.

Fin 2013, l’OCRTIS (Office central pour la répression du trafic illicite des stupéfiants) estimait le chiffre d’affaires annuel des drogues dans notre pays autour de 2 milliards d’euros. En baisse pour le cannabis, avec son 1,2 million de fumeurs réguliers et ses quelque 100.000 “salariés” réguliers. En hausse significative pour la cocaïne, qui se « démocratise ». Ainsi, à défaut de développer le ferroutage, il n’est pas rare de voir les routiers se faire « un rail » pour tenir le coup sur l’autoroute… , pays de camés ?

13 août 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Nouveautés « déconfinatoires » : ce sera ski sans neige et sport en chambre…

La bande à Castex se surpasse, hissant l’absurdité au rang d’art majeur. …