La gauche maîtrise l’art de soigner des cancers en répandant des métastases. Parlez-lui des problèmes d’immigration, d’insécurité, de terrorisme, elle vous répondra « politique de peuplement », « mixité sociale », « vivre ensemble », « lutte contre le racisme ». Au lieu de s’attaquer à la source du mal, on lui substitue d’autres causes, on biaise le diagnostic et on propage le virus.

Les Français de souche, qu’on n’a même plus le droit de nommer sauf pour les dégommer, comme le fit Hollande lors du dîner du CRIF le 23 février, devraient tout accepter sans broncher : destruction d’églises, construction de mosquées ; abattoirs convertis au ; abaya, niqab, burqa ; zones de non-droit ; cimetières vandalisés dont tout le monde se fout dès lors qu’il s’agit de sépultures chrétiennes ; crèches interdites à Noël, fêtes catholiques remplacées outre-mer par celles d’autres cultes (à quand, en métropole ?)…

Qu’ils osent protester et les voilà accusés d’être des monstres xénophobes. À longueur de temps, politiques et leur pilonnent des grand coups de « pas d’amalgame » dans le cerveau. Car ils ont interdiction absolue de « stigmatiser » l’Autre mais doivent accepter de l’être eux-mêmes, de voir leur fondatrice moquée, dénigrée, leurs autels souillés par des bécasses hystériques, leurs banlieues ghettoïsées.

Après les attentats de Charlie, la France bien-pensante s’est réveillée en sursaut : l’intégration était un échec, nombre de jeunes légitimaient les méfaits des terroristes. Loin de faire leur aggiornamento, les socialistes en rajoutent une couche. Valls a même ressorti de derrière les fagots un petit joyau de novlangue bushiste, « l’islamo-fascisme », pour entériner la théorie fumeuse selon laquelle ces actes n’ont « rien à voir » avec l’. La preuve : les musulmans seraient les principales victimes. Est-il au courant que le christianisme est la religion la plus persécutée dans le monde ? Que 21 coptes ont été décapités au couteau il y a quelques jours en Libye par l’État islamique ? Que 90 chrétiens viennent d’être enlevés en Syrie ?

Combien de « déséquilibrés », de « loups solitaires », dont on a confisqué bêtement les passeports pour prévenir leurs tentations , seront incités par la propagande des chebabs somaliens à faire sauter nos centres commerciaux ? Refusant de tirer les conclusions de cette politique désastreuse d’immigration de masse à l’œuvre depuis quarante ans et de la idéologique qu’elle inocule, le gouvernement a estimé qu’il suffisait de mieux répartir les populations. En somme, gangrener les quartiers qui sont encore préservés.

Invitée au sommet contre la violence extrémiste à Washington, s’est déclarée pour « promouvoir une ville plus inclusive » et, pour ce faire, à s’inspirer directement du modèle new-yorkais. Madame le maire semble ignorer que la Big Apple était un véritable coupe-gorge dans les années 80 et qu’il fallut la poigne d’un Giuliani pour éradiquer la criminalité. Elle préconise toujours plus de HLM et de mixité sociale qui exacerbent l’insécurité et font décaniller les classes moyennes.

Face à cette entreprise de démolition progressive de notre , de notre généalogie, de notre essence, nous devons opposer une fin de non-consentement sans équivoque. Nous sommes d’une souche très résistante, nous l’avons déjà démontré par le passé.

25 février 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Chômage : le naufrage de François Hollande

Non seulement François Hollande n’a pas su inverser la courbe, mais il a semé à tout vent …