Tout ça pour ça ! Les polémiques qui ont précédé la sortie en salle, ce mercredi, du film Un Français auront davantage fait pour sa notoriété que ses qualités intrinsèques.

Un mot sur le titre : peut-on imaginer les manifs, pétitions et actions en justice qu’aurait suscitées - en admettant qu’il obtienne les financements du CNC - un projet cinématographique intitulé Un Algérien et racontant incendies de voitures, agressions et trafics divers commis par un jeune immigré maghrébin ?

Passons…

Un Français nous permet de faire connaissance avec le skinhead Marco : front bas, regard buté, quotient intellectuel proche de zéro, vocabulaire limité à quelques dizaines de mots, jurons et onomatopées… un vrai constat de faillite pour l'Éducation nationale et pour les parents, complètement dépassés par la situation. Bien sûr, Marco est d’extrême droite, gavé de bière et il donne dans le racisme le plus abject. Quand il ne se castagne pas avec des bandes rivales, il s’en prend aux paisibles Arabes et Noirs qui lui tombent sous la main.

Sont réunis tous les ingrédients d’une morale manichéenne qui, à partir de la rentrée prochaine (si le film tient encore l’affiche) et dans le cadre des enseignements interdisciplinaires qu’on nous annonce, devraient permettre de traîner des bataillons de lycéens en sortie scolaire et d’organiser, en classe, des débats sans surprise.
1
Chronologiquement, le film débute vers la fin des années 1980 pour nous emmener jusqu’à l’époque actuelle ; sans surprise aussi, le Front national en prend pour son grade et, au passage, même la Manif pour tous est épinglée. L’auteur, Patrick Asté, alias Diastème, aurait dû faire une cure de « padamalgam » avant de réaliser ce film que, pour sa part, il qualifie d’« humaniste » plutôt que de politique.

Car, comme le dit le synopsis affiché à l’entrée du cinéma, l’histoire de Marco, c’est "le parcours d’un salaud qui va tenter de devenir quelqu’un de bien" ; bonne nouvelle : une rédemption est donc possible ! Un peu à l’instar de Marine Le Pen, qui s’efforce de faire le ménage à l’intérieur de sa propre formation politique, Marco, petit à petit, va évoluer, se purifier, sa part d’ombre va se dissiper. La bêtise et la violence qui sont en lui le faisant littéralement suffoquer, il prend conscience que les gens sont gentils, que la nature est belle, que rien ne vaut le sourire et l’amour de l’enfant dont il est privé : son ex, raciste indécrottable qui va à la messe (et un comprimé de « padamalgam », un !), est partie avec leur fille Gwendoline et c’est la mère qui, comme toujours dans ces cas-là, a obtenu la garde.

L’acteur Alban Lenoir, qui interprète avec justesse le personnage de Marco, va même se transformer physiquement au fur et à mesure que les années passent : ses traits s’adoucissent, il se réconcilie avec son corps et avec son âme ; c’est un peu un Gran Torino à la française, en moins bien. La révolution cinématographique reste à faire : aujourd’hui, les salauds les plus dangereux ne sont pas à rechercher du côté d’hypothétiques néo-nazis davantage présents dans la rhétorique gauchisante que dans la réalité sociale ; la menace la plus directe, pour nous tous, émane de jeunes désœuvrés, en mal de repères, qui vont chercher du côté de l’État islamique des raisons de vivre et de mourir. Ce film–là attend encore le producteur et le réalisateur qui voudront bien s’y atteler, mais pour l’heure, même 007 préfère continuer à ferrailler contre le KGB, le Spectre ou les magnats mégalomanes de la finance, de la presse ou du pétrole.

64 vues

12 juin 2015

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.