Ouf, ce qu’on est soulagé. Cette fois c’est fait, l’association qui avait déposé le recours vient d’être déboutée : Le mot « mademoiselle » va disparaître définitivement des imprimés administratifs. Ce mot que d’aucunes, naïves comme moi, trouvaient peut-être charmant, juvénile et flatteur était en fait insultant et inquisiteur, puisqu’il sous-entendait, si d’aventure vous le cochiez, que vous n’étiez qu’un boudin n’ayant pas encore trouvé chaussure à son pied.

Autrement dit, quand vous remplirez votre feuille d’impôt, votre avis de contravention, ou votre fiche d’inscription à Pôle emploi, vous aurez l’ineffable plaisir de ne plus avoir à choisir qu’entre deux mentions : Monsieur ou Madame. Tout de suite, votre journée s’en trouvera formidablement éclairée.

Cette belle victoire revient à l’association Osez le féminisme et aux Chiennes de garde qui avaient initié en septembre 2011 une campagne intitulée « Mademoiselle, la case en trop ». De vous à moi, on se demande plutôt, Mesdames, si ce n’est pas vous qui avez une case en moins. Notez que votre succès féministe est double : vous venez en sus de montrer qu’il n’est pas nécessaire d’être doté de virils attributs pour arriver à enc…. les mouches.

Et vous n’êtes pas les seules féministes à vous adonner à cette pratique zoophile : en Allemagne, elles aiment bien aussi.
La ministre de la Famille allemande, Kristina Schröder, à la faveur de Noël, a déclaré estimer opportun de remplacer l’article masculin « der » devant le mot de Dieu par l’article « das » (neutre), ce qui permettrait donc de troquer Dieu le Père (figure tutélaire machiste), contre Dieu le parent n°1. Elle ne s’est pas encore prononcée pour le Fils et le Saint-Esprit mais elle doit être en train de bosser sur le dossier.

En même temps, il faut bien que la petite se trouve des activités annexes, car le taux de fécondité de l’ étant au plus bas et une récente enquête (relayée par le magazine Elle) ayant révélé que les femmes allemandes n’avaient pas d’autre choix, du fait de la pratiquée dans leur pays, que de sacrifier leur sur l’autel de leur profession, c’est l’objet même de son ministère qui est train de disparaître.
Et tout cela n’est que le début.

Je vous dis moi qu’il n’y aura bientôt plus de case du tout sur les papiers : ce choix entre « Monsieur » ou « Madame » a un côté tellement France d’avant-guerre. De quoi je me mêle ? Si certains ont envie d’être Monsieur en costard le jour et Madame en bas résille la nuit, ça regarde peut-être l’administration ?
Et tiens, si comme les Allemands, on créait un article neutre ? Ni « le », ni « la », mais, par exemple, « li », ce qui donnerait : « Li Bon Dieu », « Li chef », « Li Président », « Li Français qu’on prend pour un abruti ».

Et après avoir rasé le vocabulaire, on pourrait aussi épurer la grammaire : le 6 mars dernier, d’ailleurs, nos infatigables petites dames avaient appelé à une manif devant la Comédie Française pour protester contre cette règle phallocrate selon laquelle le masculin l’emporte sur le féminin, et faire en sorte qu’elle soit remplacée par autre loi dite « de proximité » qui préciserait que l’on accorde l’adjectif avec le nom le plus proche, qu’il soit féminin ou masculin (« les hommes et les femmes sont belles (sic)»).

M’est avis que les mouches ont du souci à se faire : ces petites réformes ubuesques sont tellement agréables à mener pour un gouvernement impuissant face à un monde économique et qui s’écroule, pour un féminisme impuissant dès qu’il tente de regarder au-delà de la Méditerranée. Un peu comme se gratter les pieds en attendant li tsunami.

60 vues

30 décembre 2012

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.