Accueil Discours Fillon, Trump et le Pen face au coup d’État mondial
Discours - Editoriaux - Justice - Politique - 5 mars 2017

Fillon, Trump et le Pen face au coup d’État mondial

Brave New World… Point n’est donc besoin de politique, ni d’hommes et de femmes d’État. Les Porochenko suffisent : en France… c’est Macron, en Allemagne… Merkel, et aux États-Unis… tout sauf Trump !

Pour Trump, la trêve n’a pas duré 24 heures. Au lendemain de son remarquable discours du 28 février au Congrès, CNN dopait ses taux d’écoute et de clics avec une réunion-débat très publicisée qui mettait en vedette les sénateurs McCain et Graham. Ils y firent leur job, revalidant la sempiternelle idée de l’inconscience du président Trump face à la nocivité russe. Puis la journaliste Dana Bash leur « révéla » que le Washington Post publierait le soir même un article sur les « relations » (pendant la campagne) du ministre de la Justice Jeff Sessions avec l’ambassadeur de Russie…

La Maison-Blanche réalisait ainsi que le départ du général Flynn avait galvanisé les hyènes, qui exigeaient maintenant la tête de Sessions. Donc, plus de détente avec la Russie, point de politique ferme sur l’immigration, fin de l’enquête sur les inscriptions frauduleuses des migrants sur les listes électorales. Bref, pour reprendre le livre d’Ann Coulter : ¡Adios, America!

Sessions s’est expliqué tout de suite : il avait rencontré l’ambassadeur, comme moult sénateurs, dans le cadre de ses fonctions officielles, et chaque fois devant témoins. Il n’avait pas estimé important d’en parler lors de sa nomination. Reste qu’il va passer à la question sénatoriale le 6 mars afin de s’expliquer, risquant le parjure. Et puis il y a maintenant les courriels privés de Mike Pence : Adios, les valeurs chrétiennes…

Trump a conscience que ce méthodique “coup d’État rampant” ne cessera pas tant qu’il n’aura pas pris le taureau par les cornes. Il est déjà entouré de ministres « néocons » et doit diriger une fonction publique qui vote démocrate à 90 %. Tant qu’il n’aura pas fait admettre au public qu’il n’y a aucun mal à vouloir une détente avec la Russie (comme ce fut le cas avec l’ancienne URSS), il ne s’en sortira pas, dans la mesure où une partie des républicains jouent aussi contre lui.

La vie est cependant pleine de surprises. Le Speaker de la Chambre, l’ancien #NeverTrump Paul Ryan, a publiquement confirmé, il y a 48 heures, que toutes les enquêtes en cours sur la campagne de Trump n’ont pu démontrer aucun comportement coupable. Confirmé par le président de la Chambre des représentants, le Californien (et anciennement hostile à Trump) Devin Nunes… Reste la commission d’enquête du Sénat animée par les Folamour McCain et Graham, lesquels apportent de l’eau au moulin de Nancy Pelosi, la responsable du groupe démocrate à la Chambre. C’est la puissante et riche Pelosi qui a, en effet, rencontré Soros à l’hôtel Mandarin le 13 novembre dernier à Washington, avec des financiers, afin de lancer la contre-attaque “pour reprendre le pouvoir”

Et Obama ? On savait qu’il avait donné (avant son départ) accès aux fonctionnaires à un réservoir d’informations précédemment secrètes afin de “faciliter” les fuites. On commence à se rendre compte que c’est allé plus loin : Joel Pollack (Breitbart News) a révélé, vendredi, qu’Obama avait mis la Trump Tower sur écoute en octobre. Trump a lancé plusieurs tweets sur le sujet. Confirmée, une telle information pourrait-elle valoir la prison à Obama? Trump semble le penser… d’autant que le New York Times lui-même avait (il y a peu) commis un lapsus sur lesdites écoutes, les confirmant de facto.

À lire aussi

Joe Biden sacrifié sur l’autel du #MeToo ?

D’où vient le coup ? Pas de Trump qui a tout intérêt à conserver Biden. …