Editoriaux - Justice - Politique - Table - 28 novembre 2016

Fillon, le grand laboureur vers 2017 ?

Après avoir discrètement mais résolument tracé son sillon dans des sols divers – certains argileux, d’autres rocailleux ou même en jachère -, François Fillon vient de gagner la médaille d’or de la pugnacité lors du grand comice républicain du 27 novembre.

Ses collègues, qui avaient pris moins de temps pour affûter leur soc ou négligé une observation attentive du champ avant de l’attaquer, sont restés loin derrière, nonobstant des labourages antérieurs et expérimentés pour certains.

À la surprise générale, le garçon de ferme qui, durant cinq ans, tenait les manches de la charrue, tandis que son patron maniait l’aiguillon avec autorité et force incitations sonores, a débouté celui-ci ! Un autre, ayant jadis cultivé une terre fertile bien que parfois hostile, promis par les grands agronomes au succès lors du concours, ce qui confortait sa sérénité de hobereau aquitain expérimenté et choyé, se voyait contre toute attente vaincu par ce petit besogneux de province. Surprise et désarroi !

Cependant, la corporation réunie lors de la remise du prix affichait son soutien d’un soir sinon son amitié, promettant de labourer désormais de concert, sous sa houlette…

Mais une autre épreuve attend désormais le vainqueur dans six mois, qui le mettra en compétition avec des concurrents déterminés à se saisir de son champ de victoire. Laboureurs expérimentés sinon émérites, sarcleurs novices, bricoleurs de la motte, cultivateurs bio ou défonceurs peu précautionneux, ils seront nombreux à prétendre à la mainmise sur le domaine.

Pour maintenir son avance et sa réputation, il aura bien besoin, durant les mois qui viennent, de la nouvelle machine à six socs qui lui est désormais offerte par sa coopérative. Mais assemblés à la hâte, les versoirs devront être bien alignés pour rejeter la terre du même côté, en creusant des sillons profonds et strictement parallèles. Il lui faudra de la vigilance, de l’autorité et de la maîtrise pour veiller à la solidité et à l’intégrité de son outil lorsqu’il sera devant pour le tirer dans un terrain beaucoup plus étendu et escarpé que celui travaillé précédemment.

Pour dérouter les pièges, capture ou pillages de son travail, voire profanations par les postulants impatients qui useront de toutes les vilenies et mensonges, il aura besoin d’une solide défense qui n’était pas indispensable précédemment. Également, des moyens de protection et de réplique contre la cinquième colonne médiatique lui seront nécessaires. La cyber-guerre des réseaux dits sociaux va se focaliser contre lui, qui a déjà commencé. Le défi est redoutable !

S’il se montre aussi solide que dans l’épreuve précédente, alors le peuple, arbitre ultime de ses capacités agricoles, lui rendra justice et lui confiera l’immense terre tricolore…

À lire aussi

Convention citoyenne sur le climat : c’est parti !

Un précédent qui risque de bouleverser désormais les us et démarches parlementaires... …