Accueil Editoriaux Femen : l’agression bidon d’Amina Sebaoui
Editoriaux - Politique - Presse - 17 juillet 2014

Femen : l’agression bidon d’Amina Sebaoui

Dans notre époque où le « quart d’heure » warholien – soit la quête effrénée de la célébrité – est devenu une occupation à plein temps, nombreux sont ceux qui ne savent plus quoi faire pour montrer leur derrière. Au propre comme au figuré. Quitte à se voiler la face pour mieux se dévoiler. On se souvient ainsi de la pulpeuse Sophie Guillemin, ex demoiselle de la Légion d’Honneur devenue actrice, offrant en 2000 ses rondeurs intimes à l’écran aux côtés de Sergi López 1, puis, devenue musulmane, passant sous le voile intégral avant de quitter les plateaux… puis d’y revenir dévoilée après s’être répandue dans la presse…

Dans la Tunisie postrévolutionnaire, c’est Amina Sebaoui qui s’était mise en scène. Convertie aux , elle avait exposé ses seins juvéniles sur sa page Facebook pour faire la nique aux barbus. Puis elle fut arrêtée par les hommes au poil hirsute pour avoir tagué le mot sur le mur d’un cimetière. Libérée, elle s’est tournée vers la France accueillante où elle a obtenu l’asile politique en avril dernier. Puis s’est fâchée avec les , les accusant d’être banquées par Israël… Pauvre Amina… Difficile d’exister dans un pays où les citoyens sont désormais obligés de lécher le derrière d’Inna Shevchenko quand ils veulent poster une lettre. Alors elle a tenté un coup. Comme tant d’autres avant elle, elle s’est inventé une agression : de méchants salafistes l’avaient attrapée un matin de juillet pour la sortir du métro Place Clichy et là, menaçant de la violer, ils auraient commencé à lui raser les cheveux et les sourcils en lui récitant des versets du saint Coran.

Qu’elle dit. Le problème, c’est que la police ne la croit pas. Oh, ils ont bien essayé, hein, mais ils n’ont rien trouvé pour étayer ses dires. « Ni la vidéo-surveillance, ni des témoins, alors qu’il y a du monde à cette heure là place Clichy, ne permettent d’affirmer qu’il y a eu une réelle agression de la jeune femme, confie une source policière. Il n’y a pas de trace de cette agression. Les faits qu’elle avait racontés sont suffisamment graves pour qu’ils soient traités avec attention. Mais rien ne permet de vérifier la véracité de ses propos », ont déclaré les enquêteurs. Notez bien, moi qui ne suis pas enquêteuse, je trouvais que ces garçons avaient de surprenants talents. Pour une coupe à la sauvage, de nuit et en pleine rue, c’était drôlement bien fait ! Soit, m’étais-je dit in petto à moi-même, elle est passée chez le coiffeur se faire rectifier la tonsure après le croissant du matin, soit c’était des salafistes garçons coiffeurs. Des barbiers peut-être…

Amina Sebaoui a été placée en garde à vue ce mardi pour « dénonciation d’un délit imaginaire ». On lui trouvera maintes circonstances atténuantes, comme on en a trouvé à ses ex amies contre lesquelles le tribunal n’a réclamé que 1500 euros d’amende pour leur profanation de Notre-Dame de Paris. 1500 euros à diviser par 9, soit 166 euros par tête. C’est moins que les 250 à 500 euros requis contre chacun de leurs « agresseurs », les vigiles de la cathédrale poursuivis pour « violences ». À rapprocher de la condamnation d’Anne-Sophie Leclère à 9 mois de prison ferme, 50 000 euros d’amende et 5 ans d’inéligibilité pour ce qui n’est que des singeries, certes débiles, mais des singeries quand même.

Notes:

  1. Harry, un ami qui vous veut du bien, de Dominik Moll

À lire aussi

« Roqya-Chariya-Hijama », exorcismes et saignées prophétiques explosent en Île-de-France !

La demande d’exorcismes et autres saignées prophétiques serait exponentielle, si l’on en c…