La FCPE (Fédération des conseils de parents d’élèves) est la principale fédération de parents de l’enseignement public. Elle se présente comme apolitique, comme ce devrait en effet être le cas d’une fédération de parents d’élèves.

Pourtant, dans le dernier numéro de La Revue des parents (n° 406, juin 2016), on trouve à la page 31 un article promotionnel pour la Fête de l’Humanité, le quotidien du Parti communiste.

Un lecteur qui s’en étonnait s’est vu adresser la réponse suivante :

La FCPE a fait le choix de publier une brève sur la Fête de l’Humanité, car celle-ci a notamment pour objectif de sauver le journal qui est aujourd’hui en péril.
De par les valeurs humanistes et progressistes qu’elle défend depuis sa création – solidarité, égalité, vivre ensemble et engagement collectif –, la FCPE ne peut qu’apporter son soutien au journal l’Humanité, dont la survie est aujourd’hui menacée par sa volonté de préserver coûte que coûte son indépendance financière. Un combat à saluer et évidemment nécessaire pour le pluralisme de la presse française.
L’Huma, qui se fait l’écho des mouvements sociaux, citoyens, syndicaux, culturels de notre époque, est donc un précieux outil pour que nos enfants soient les citoyens libres et éclairés de demain. »

L’indépendance financière de L’Humanité… Parlons-en. L’Humanité est, en , le titre de presse le plus aidé : 0,631 euro par exemplaire en 2013. À cela s’ajoutent, pêle-mêle, les aides fiscales, les taux super réduits de TVA (2,10 %) sur les ventes, sans parler des exonérations de taxe professionnelle et autres charges sociales, ou encore les aides postales.

Outre les , L’Humanité a fait effacer plus de 4 millions de par voie législative fin 2013 (16 % du chiffre d’affaires du journal)… Pratique, non ?

Benjamin Dormann, auteur de l’excellent Ils ont acheté la presse (Éditions Jean Picollec), nous expliquait à Béziers en mai dernier qu’il n’y avait plus, selon lui, que deux solutions pour L’Humanité : la liquidation judiciaire ou la nationalisation.

Excessif ? Quelques chiffres en vrac que vous pourrez retrouver dans son livre… L’Humanité, c’est dix ans de fonds propres négatifs, entre moins 4 millions d’euros et moins 10 millions.

L’Humanité, c’est plus un seul ouvrier du Livre depuis 2011 : il y en avait 30 en 2003… Pas terrible, pour un journal censé les défendre ! Allons plus loin : les effectifs d’employés, techniciens et agents de maîtrise ont diminué de 18 % quand les cadres ont augmenté de 26 %. Bref, une augmentation globale des effectifs salariés (majoritairement des cadres, donc) de 16 % pour un chiffre d’affaires qui, lui, a diminué de 18 % ces cinq dernières années… Et je vous fais grâce des augmentations de salaires.

Vous criez au scandale ? Moi, je crie à l’arnaque ! Vous connaissez, vous, une entreprise qui augmente ses effectifs quand son chiffre d’affaires diminue ? Mais pourquoi se gêner puisque, comme le dit François Hollande, c’est l’État qui paye.

Alors, puisque la FCPE a l’air de tenir à ce que « nos enfants soient les citoyens libres et éclairés de demain », peut-être faudrait-il qu’elle commence par éclairer leurs parents : à quand un petit article dans La Revue des parents sur la réalité des pratiques de L’Humanité ?

3 juillet 2016

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.