Editoriaux - Politique - 23 août 2016

Faut-il dissoudre la CGT ?

La CGT serait-elle une organisation fasciste ? Elle veut interdire un meeting pro-Hollande sous le prétexte fumeux que celui-ci se tiendrait sur la terre natale de Georges Séguy ! Elle considère cette réunion comme une “provocation indécente” (je cite !). On nage en plein délire totalitaire. Les « odieux agresseurs » ne seraient pas ceux qui veulent museler la démocratie mais ceux qui expriment une opinion différente de la doxa autorisée. Je pense beaucoup de mal de M. Hollande, mais il a le droit de parler où il le souhaite, de réunir ses derniers partisans et de se présenter aux élections. Seul le bulletin de vote doit le désavouer (je rêve qu’il ne recueille que 5 % au premier tour !).

Les menaces de la CGT sont intolérables et devraient être dénoncées avec force par tous les démocrates ! Elles instaurent un climat de terreur où seules les opinions les plus à gauche sont tolérées. Ces derniers temps, on a vu, dans l’indifférence générale, les prodromes de l’instauration d’une forme de fascisme.

Nombre de permanences du PS ont été vandalisées par les opposants à la loi Travail. Certains s’en sont peut-être réjouis, mais il est inadmissible de s’attaquer ainsi à un parti politique, en démocratie. Et maintenant, on s’en prend au FN ! À Avignon, les ministres et le Président ont été décrétés persona non grata ! Même si j’ai une piètre opinion d’eux, ils représentent la France et tout boycott est scandaleux ! Dans Libération , des parents d’élèves bobos se sont plaints d’une prétendue répression policière à l’égard de leur progéniture suite à un jet d’œufs. Leurs enfants ne faisaient, paraît-il, que leur devoir citoyen en bombardant les forces de l’ordre ! Ce terme de « devoir citoyen » est employé comme paravent pour violer allègrement la loi. On aide des migrants à franchir une frontière, on occupe un terrain pour empêcher un projet approuvé par la majorité, on macule de peinture la devanture d’une banque, on ne commet pas un délit : on accomplit son devoir citoyen. Et on s’indigne lorsqu’on est traduit devant les tribunaux ! Nuit debout était le symbole le plus éclatant de cette fermentation pré-totalitaire.

Ne nous leurrons pas ! La future alternance est en jeu. Comment ceux qui justifient la censure des actions de M. Hollande pourront-ils tolérer qu’un président de l’autre bord politique gouverne ? Tout sera refusé par la violence et le chaos ! La moindre petite réforme, aussi nécessaire soit-elle, sera déclarée une atteinte aux droits d’un peuple imaginaire. Qu’importe, pour ces apprentis dictateurs, que le futur chef de l’État soit élu avec 60 % des voix. Sans doute rêvent-ils, comme Nuit debout, d’épurer le corps électoral et d’inventer un moyen de contourner le vote populaire grâce à une resucée des soviets ?

M. Hollande a un dernier service à rendre à la France : celui de dissoudre la CGT si celle-ci passait aux actes et empêchait son meeting !

À lire aussi

La suppression de la taxe d’habitation met aussi les départements dans une situation financière délicate

À la fin de ce jeu de bonneteau fiscal, le contribuable paiera bien la suppression de la t…