A Lyon, ce week-end, le Front National tenait son congrès. On est bien sûr en droit de penser ce que l’on veut des analyses et du programme de ce parti mais peut-on prétendre l’empêcher de tenir congrès ? Ça parait un peu difficile… C’est pourtant ce que n’ont pas hésité à faire une poignée de démocrates courageux en appelant à une manifestation de rue pour protester contre ce scandale sans nom : un parti légal, pas interdit, avec encore très peu d’élus mais de plus en plus d’électeurs, un parti arrivé même en tête des votes lors des deux dernières consultations électorales (élections européennes et municipales) et qui prétend – quelle audace ! – se réunir dans une salle pour pouvoir tranquillement discuter de sa ligne et élire sa direction !

Ces démocrates intransigeants, ils ont pour nom : ATTAC, Union Départementale CFDT, Union Départementale CGT, Educ'Action, CGT Vinatier, Ensemble ! 69, Europe Ecologie Les Verts, Fédération Rhône-Alpes des Maison des Jeunes et de la Culture, 69, Parti Communiste, Parti de Gauche, Fédération Syndicale Unitaire, Homosexualité Et Socialisme, Ligue des Droits de l'Homme, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste, Ras l'Front, SOS Rhône, UNEF, Union Syndicale Solidaires… J’abrège car le nombre des organisations appelantes est presque aussi élevé que celui des manifestants, pourtant venus de toute la France et même de l’étranger : 2.500 personnes selon la police, 4.000 selon les organisateurs.

Bof, c’est pas joli-joli tout ça… Mais il y a plus grave : en appelant ainsi à leur manif « festive, déterminée et populaire » nos apôtres de la tolérance à sens unique pouvaient-ils ignorer à qui ils allaient servir d’utile caution ? Ces pauvres innocents, ces faux candides, ne savaient-ils pas pertinemment qu’ils allaient être le cheval de Troie dans lequel s’engouffreraient tous les gentils casseurs masqués qui, de façon systématique, iraient s’attaquer aux vitrines et au mobilier urbain (occasionnant comme d’habitude des millions de dégâts) ? Non, bien sûr ! Les "responsables" de ces organisations soi-disant « citoyennes » sont donc bien des hypocrites et des irresponsables à qui on devrait bien envoyer la facture.

Et l’attitude des représentants de l’État, ministre de l’Intérieur, préfet et autres responsables du maintien de l’ordre républicain, peut-elle être considérée comme une attitude responsable et républicaine ? Croit-on sincèrement que, si le FN s’amusait un jour à convoquer une manifestation pour protester contre la tenue d’un congrès du PS, le ministre de l’intérieur hésiterait une seconde à interdire celle-ci sur le champ ?

308 vues

1 décembre 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.