Lors d’une conversation matinale avec une babouchka de mon quartier, celle-ci me fit part de son inquiétude suite au blocage, à la frontière ukrainienne, des camions transportant des aliments en Crimée.

Les médias russes avaient rendu compte la veille du vote, par la Rada à Kiev, d’une loi introduisant cette volonté d’affamer les habitants de la presqu’île. L’initiative en revenait aux ex-représentants des Tatars de Crimée.

Une visite au bazar m’a permis de me rendre compte du peu d’impact de cette mesure. Une semaine après le début de ce blocus, il y a toujours la même quantité de produits et les prix n’ont pas augmenté.

Le comble de stupidité est que ce sont d’abord les maraîchers ukrainiens de la région de Kherson qui sont touchés par cette mesure car ils ne peuvent plus vendre leurs produits en Crimée.

D’autre part, la moitié des échoppes du bazar sont tenues par des Tatars qui regrettent profondément cette initiative en leur nom. La collaboration des dirigeants tatars avec l’occupant nazi lors de la Seconde Guerre mondiale est à l’origine de la déportation injuste de tout un peuple. Visiblement, les Tatars de Crimée sont devenus très prudents sur leurs représentants et ne veulent plus être entraînés dans des aventures. De plus, ils ont vu clairement s’améliorer la reconnaissance de leur ethnie depuis que la Crimée est russe.

Déjà, lors de la coupure de l’alimentation en eau du canal Dniepr-Crimée, nombre de maraîchers tatars ont dû renoncer à la culture de fruits et légumes, qui était leur gagne-pain.

Messieurs Chubarov et Djemilev, il serait plus opportun pour le bien de votre peuple que vous cessiez d’aider l’Occident à déstabiliser votre région. Vous avez été interdits de séjour en Russie, donc en Crimée, pour incitation à la haine et préparation d’émeutes. Vos pitreries en Turquie, lors de votre pseudo-congrès, n’ont rien changé sur le ressenti de la population à votre égard. Les actuels dirigeants des Tatars de Crimée vous ont rappelé leur légitime existence et vous ont signifié que vous ne représentiez plus que vous-mêmes.

Les Tatars cohabitent depuis des siècles avec les Russes en Crimée et n’ont pas besoin de conseils venus d’outre-Atlantique pour continuer à le faire.

Les Occidentaux (comprenez les et leurs vassaux) ont mis en place, sur la Crimée, un embargo aussi sévère que celui qui fait tant souffrir ou l’Iran. Nous ne pouvons que constater la résilience des peuples face à de telles agressions.

Ne pas admettre les choix d’un peuple et, de ce fait, couper l’eau ou vouloir affamer une population sont des actes qui font le déshonneur du humain ; cela relève de la barbarie et non de la civilisation.

Le théâtre d’ombres qui porte le nom d’ fait ânonner en permanence par ses marionnettes les droits de l’homme. Pour ses 70 ans, cette institution devrait en profiter pour agir et condamner, enfin, les pays qui bafouent l’humanisme le plus élémentaire. L’eau, la nourriture ne doivent pas être des moyens de pression sur un peuple.

27 septembre 2015

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.