Le porte-parole adjoint de la Conférence des évêques de France, Vincent Neymon, a tweeté jeudi après avoir, avec trois autres personnes, secouru une femme attaquée au couteau dans le métro parisien : “Je comprends l’angoisse quotidienne d’une grand partie de mes semblables.”

Il faudra qu’il pense à faire part de son expérience aux évêques, voire au pape, qui ne cessent d’inciter leurs fidèles à accueillir à bras ouverts des étrangers aux coutumes, disons… différentes .

En Allemagne, la Cour constitutionnelle impose désormais un troisième sur le registre des naissances.

Peut-être y aura-t-il là-bas, aussi, un préposé à la ecclésiastique qui s’avisera de dire à ses évêques que, s’il leur faut être compréhensifs vis-à-vis des personnes au sexe incertain, il n’est peut-être pas indispensable qu’ils se déclarent – comme ils viennent de la faire- « compréhensifs » envers cette évolution jurisprudentielle.

En établissant un 3e sexe dont la case est à remplir à volonté en fonction du « ressenti de », le droit ne s’éloigne-t-il pas de l’ordre naturel voulu par Dieu qu’ils sont censés défendre ? “Homme et femme il les créa”, proclame la Bible. À corriger d’urgence, alors ?

Notez qu’elle dit aussi : “Croissez et multipliez” et que, pourtant, le pape lui-même vient de déclarer qu’il y avait trop d’hommes sur Terre et qu’il fallait limiter les naissances.

Décidément, écolo tendance Malthus et , l’Église est désormais à la pointe du progrès.

On ne voit plus très bien ce qui pourrait, désormais, la faire rejeter par la modernité.

En même temps, on ne voit plus très bien pourquoi les catholiques continueraient de s’en réclamer.

En France, où un maire offre à Paris un « prix de » à des Femen qui ont mimé un avortement sur le maître autel de Notre-Dame, mais où d’autres maires, qui installent d’inoffensives dans leur mairie, sont condamnés par les tribunaux administratifs, ils auraient pourtant un urgent besoin d’entendre sa voix.

18 novembre 2017

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Marine Le Pen et Samuel Étienne, comme un vieux souvenir

Je ne voudrais pas rater une occasion de faire plaisir à Samuel Étienne. Alors, je voudrai…