Recroquevillée sur les anecdotes morales ou vaudevillesques tricolores, la France est victime d’une nouvelle attaque de cette pathologie ophtalmo-médiatique qui l’égare dans le microcosme franchouillard.

Je ne reviens pas sur ces faits qui ont saturé les colonnes des unes et les écrans en 6X9e, depuis le début de l’année, pour ne pas ajouter le mal au mâle. Ayant écouté le président attentivement, au cours de cette très attendue conférence de presse, j’ai entendu des projets multiples et un éloge appuyé du rôle clé des entreprises, en même temps qu’un cours d’ inattendu dans la bouche d’un socialiste convaincu, qui prétend garder le même cap mais en forçant la vapeur…

Et je redis encore plus fort, CHICHE ! Mais plutôt que créer comités et conseils, autant de nouveaux « Théodule » à effets retard, pourquoi ne pas prêter enfin, une attention soutenue et humble aux solennelles et récurrentes analyses de la et suivre ses propositions motivées et appuyées ?

Les grands problèmes de la France sautent aux yeux — quand ils se décillent — et au portefeuille tout raplapla, en dépit des leurres éblouissants lancés périodiquement. S’il existe une pandémie hexagonale c’est bien autour de ceux-ci. Chômage, impôts, charges sociales, dette, sont les brûlures soutenues et récurrentes provoquées par un gavage intensif aux gabegies publiques, administrations pléthoriques, abus et fraudes sociales, normes et réglementations compulsives !

Lorsque les débateurs consentent à réinvestir ce champ capital de la déconfiture économique, ils enchainent inexorablement sur le leitmotiv du « modèle allemand dont nous devrions nous inspirer » : Deutchland über uns !

Le président, outre ses ambitions de « remise en mouvement de la française » - qui était donc en sommeil en dépit du bilan fort positif de son début de mandat, qu’il a largement explicité – les a enfin entendus et milite désormais pour une dynamique relance du couple franco-allemand avec de grands projets tels les convergences fiscale et sociale et une alliance dans la transition énergétique. Fichtre ! Il va falloir séduire et convaincre la chancelière en même temps que Bercy et Areva.

Je ne suis pas si sûr que le désir secret des Français soit d’imiter ce grand et prospère voisin. Il y a des atavismes et des traditions culturelles qui ne sont pas miscibles. Demandons-nous si la coalition gouvernementale à la Merkel serait jamais applicable dans l’Hexagone. Certes l’utopique Bayrou s’en fait le chantre avec une obstination égale à son insuccès. Les syndicats français sont-ils prêts à coopérer avec le patronat pour faire avancer le schmilblic autrement que vers la faillite ? Par exemple, à faire naviguer la SNCM et Brittany Ferries comme la Kriegsmarine ? Les échanges de visiteurs entre les deux pays sont-ils équilibrés ? La ligne Siegfried du choc culturel nous préserve de trop de perfusion germanique…

Pas un mot du président concernant les autres membres de l’Union européenne ! Ce grand pays qu’est la Grande Bretagne, où s’exilent tant de cadres français dynamiques n’est donc pas un partenaire du futur, nonobstant sa reprise économique patente faisant suite à des coupes drastiques dans les rangs des fonctionnaires, et son poids dans la Communauté.

Il est vrai que David Cameron a introduit des réformes dans le domaine social qui limitent les droits et allocations aux étrangers, ce qui exhale à notre nez tricolore un fumet légèrement nauséabond vite qualifié de ce côté-ci du Channel de xénophobie et discrimination, sinon à renvoyer les belles associations humanistes dans leur foyer en leur retirant leurs généreuses subventions..

43 vues

19 janvier 2014

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.