Et maintenant, le guide du djihad pour les mères de famille !

Cliquez pour acheter

Et dire que Bernard Cazeneuve, il y a peu, affirmait au sujet des ventes de livres djihadistes qu’« on ne peut pas interdire des livres dès qu’ils sont choquants, s’il n’y a pas d’appel à la haine”.

“Le djihad a pour but […] de contenir tous les mécréants, ennemis de l’islam”, rapporté par La Voie du musulman, avait dû échapper à la vigilance du ministre.

Donc, depuis la vente de ces livres ou d’ouvrages islamiques à Cora, Auchan, E. Leclerc et autres Casino, les journaux Inspire, Dar al-Islam, Dabiq, tous consultables sur Internet avec une facilité confondante, jusqu’aux derniers documents publiés par Daech avec son Guide de l’esclavage sexuel pour les nuls, il ne manquait plus qu’un guide s’adressant… aux mères de famille !

Sister’s Role in Jihad a ainsi pour ambition de donner à ces femmes les clefs de la réussite dans l’éducation de leur progéniture, à savoir que « le rôle le plus important qu’une femme puisse avoir, c’est éduquer ses enfants dans l’esprit du djihad ». Facile à comprendre, facile à appliquer.

L’endoctrinement doit être précoce : les mères n’attendront pas l’âge de 7 ans pour inculquer « l’esprit djihad » à leurs rejetons. « Ne sous-estimez pas les conséquences de ce que les petits entendent et voient durant la première année de leur vie. » Par exemple, leur raconter des histoires de djihad le soir au coucher, c’est mieux que « Oui-Oui part en vacances » ou « Martine petite maman » qui, c’est bien connu, leur font faire des cauchemars.

Sister’s Role in Jihad n’hésite pas à prendre quelque licence avec l’enseignement de l’islam – qui interdit le sport, la musique et la danse – puisqu’il recommande aux mères, pour améliorer la condition physique de leurs djihadistes en herbe, de leur faire pratiquer la natation, les arts martiaux et même le ski. Quant à la télévision, incarnation de l’Occident pervers et de la violence gratuite, elle est évidemment bannie.

La violence dans le cadre du djihad est cependant tout à fait recherchée. Témoin dans le guide de la parfaite maman pour le parfait djihadiste, les jeux de fléchettes qui, en plus de développer habilité et précision dans le tir, présentent l’avantage d’apprendre aux petits fidèles à reconnaître les bonnes cibles des mauvaises. Attendez, laissez-nous deviner…

Jeux de fléchettes, d’ailleurs, parfois mis à disposition des vacanciers dans les campings, endroits recommandés aux apprentis djihadistes car ils y apprendront « à survivre à l’extérieur ». Survivre ? Dans un camping ? Première nouvelle ! Mais peut-être pas une bonne pour les propriétaires desdits campings…

Si, pour Mathieu Guidère, islamologue, ce guide n’apporte au fond rien de nouveau – ce qui est loin de nous rassurer — en revanche, selon Haoues Seniguer, maître de conférences en Sciences Politiques à Sciences Po Lyon, il « doit être pris au sérieux, car il pourrait exercer un attrait, notamment auprès de musulmanes anglophones ». Il estime en effet que les exemples historiques, les références coraniques et prophétiques relayés par les auteurs du guide en question pourraient, à leur lecture, faire office d’éléments déclencheurs.

Alors, M. Cazeneuve, « ce n’est pas un délit de prôner le djihad » ? Les familles des victimes de Charlie Hebdo apprécieront…

À lire aussi

Optimisme béat de Najat Vallaud-Belkacem contre noir pessimisme d’Yves Cochet

En tout cas, les mondes futurs de Najat Vallaud-Belkacem et Cochet possèdent un point comm…