Editoriaux - Religion - Société - 18 septembre 2016

Enquête sur l’islam en France

Le JDD vient de publier une intéressante étude sur l’islam en France. Réalisée par l’IFOP pour l’institut libéral Montaigne, elle donne, malgré l’échantillon un peu restreint (874 musulmans), une idée assez précise de la situation. Seule surprise, les musulmans seraient moins nombreux que prévu : 3 à 4 millions (notez l’imprécision !) et non 6,5 millions comme on le pensait. Mais ils seraient 5,6 % des moins de 15 ans et 10 % des moins de 25 ans. Ce décalage énorme entre les deux chiffres montre que les migrants font, au minimum, doubler le nombre de fidèles du Prophète. Il donne des arguments à ceux qui s’inquiètent du remplacement des chrétiens par des mahométans et démontre l’urgence de la maîtrise de l’immigration. En outre, 25 % des musulmans sont étrangers (énorme !). Nous « importons » massivement des tenants de cette religion.

Un chiffre n’est pas une surprise sauf pour les biens-pensants : il y a deux fois plus de personnes qui quittent l’islam que de convertis. Beaucoup, révoltés par les attentats ou évoluant dans une société ouverte et tolérante, remettent en cause les dogmes de leur foi. Ils deviennent plus souvent athées que chrétiens (ou bouddhistes). Les biens-pensants censurent ce genre d’information qui est contraire à leur doxa. Ils n’imaginent pas que la religion devant laquelle ils s’extasient devienne si repoussante aux yeux de certains de ses fidèles.

46 % des musulmans sont sécularisés, 26 % sont pieux mais rejettent le voile intégral (mais sans doute exigent le hijab !) et 28 % ont des croyances pudiquement qualifiées d’opposées aux valeurs de la République. Ce dernier chiffre est très inquiétant ! Nous avons plus d’un million d’intégristes sur notre sol. Sans doute la grande majorité de ces derniers sont opposés aux attentats, mais le terrorisme islamiste possède, là, un vivier extrêmement important.

Pendant les années de plomb en Italie, les milieux d’extrême gauche où se recrutaient les assassins qui ont fait régner la terreur pendant dix ans piochaient dans une masse vingt fois moins importante ! 60 % des musulmans demandent l’autorisation du voile à l’école. 80 % des croyants veulent manger halal. Ces chiffres sont cohérents avec les données précédentes et prouvent que les musulmans qualifiés de pieux, mais pas intégristes, ont en fait une vision rigoriste de leur culte, et que la différence entre les deux catégories est mince.

Enfin, un certain rattrapage social a lieu. Le pourcentage des diplômés est supérieur aux attentes, vu l’origine sociale des sondés. C’est une bonne nouvelle car les radicaux islamistes se recrutent principalement chez ceux qui font le moins d’études.

En conclusion, cette étude est finalement conforme à ce qu’on attendait : les musulmans représentent 10 à 12 % des 20-30 ans (ce qui donnera, à terme, leur pourcentage en France) mais ce chiffre ne cesse d’augmenter avec l’immigration. Enfin, la moitié d’entre eux sont religieux (contre 15 % des chrétiens).

À lire aussi

Retraites : est-il possible de spolier une partie des Français sans qu’ils râlent trop ?

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleNicolas Canteloup caricature à merveille le Pr…