C’est le type de sondages qui, lorsqu’ils sont publiés dans les médias traditionnels, sont accompagnés de commentaires pontifiants. Devant le choc provoqué par les résultats de l’enquête, l’éditorialiste en chef du Soir, principal quotidien belge francophone, a donc appelé à « redessiner un possible » et à « recréer du lien », un mantra répété inlassablement depuis de nombreuses années.

L’enquête « noir-jaune-blues » révèle que, pour 77 % des Belges, « on ne se sent plus chez soi comme avant » dans le pays. Pour 53 % d’entre eux, « même après plusieurs générations, les descendants d’un immigré ne seront jamais vraiment belges ». 64 % pensent que « les étrangers viennent profiter du système de protection sociale » et 63 % ont peur de l’afflux de réfugiés car « ce sont principalement des musulmans ».

Le Soir, qui a publié l’enquête, s’inquiète, en une, du « sombre portrait d’un Belge qui ne croit plus aux institutions et rejette l’étranger ». Le plus inquiétant ne se situe, pourtant, probablement pas dans ce constat du citoyen sensible à la question de son identité qui s’évapore dans les brumes d’un « vivre ensemble » qui a échoué à faire émerger une société cosmopolite apaisée.

En effet, les musulmans de ont également été interrogés. Les résultats sont alarmants. 34 % parmi eux n’aiment pas la culture, les mœurs et le mode de vie occidentaux (autonomie des femmes, érotisme, alcool) et 18 % se disent mitigés sur la question ; 29 % (et 11 % de mitigés) estiment que les lois de l’ sont au-dessus des lois belges ; de ce constat découle que 34 % des musulmans (avec 26 % de mitigés) préféreraient un système politique inspiré par le Coran…

À l’analyse des chiffres, un bon tiers des musulmans de , avec une majorité qui, au vu des indécis, se dessine lentement mais sûrement, rejettent nos valeurs et nos lois. Une question perle rapidement du constat : que se passera-t-il lorsque les musulmans seront démographiquement majoritaires, dans une ville-région comme Bruxelles ?

D’autres résultats du sondage sont tout aussi édifiants : pour 80 % des Belges, la finance a pris le pouvoir ; pour 63 %, les responsables politiques ne sont plus en mesure d’améliorer leur quotidien. Comme réponse, 70 % des sondés souhaitent un pouvoir fort.

Les sociologues appelés à la rescousse par le quotidien vespéral nuancent les résultats sur l’immigration : les questions présenteraient des biais, les chiffres ne seraient pas significatifs… On connaît la chanson. Et, pour conclure, une scientifique avertit : « Le risque, c’est que des groupes d’extrême droite passent à l’action. Attendez qu’une mosquée flambe en Belgique. »

L’extrême droite serait donc le grand danger. Le sondage indique, pourtant, que près d’un musulman sur dix ne condamne pas les attentats ! Une question mal posée ou mal comprise, sans doute…

8526 vues

10 janvier 2017

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.