Le sommet de la stupidité inquisitoriale vient d’être atteint par Mehdi Ouraoui, ancien directeur de cabinet d’Harlem Désir et Naïma Charaï, présidente de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ACSE). Ils ont saisi le CSA en raison des propos “inacceptables” et “dangereux” tenus par Alain Finkielkraut. Celui-ci avait osé le blasphème envers la République, le sacrilège envers nos valeurs : “Français de souche”. En réponse à Pujadas qui se félicitait de l’origine étrangère de son interlocuteur, de Valls et de lui-même, Finkielkraut, par souci d’honnêteté intellectuelle, avait risqué : “Il ne faut pas oublier les Français de souche…” Comment ? Oser distinguer les Français selon leur origine ? Emprunter le langage des parias de la République, l’extrême ? Les communautés immigrées sont l’essence de la République puisque leur présence exprime ses valeurs. Un parti qui se veut national est, en revanche, une honte ! Il faudra nous y faire : les « Français de souche », les « Dupont-sans joie », tranquillement assis devant leurs télévisions, priés de se laisser délivrer de leurs horribles préjugés, de leur impénitent, et de se faire arracher tous les déterminismes qui pourraient leur attribuer une quelconque , regardant les balles passer d’une communauté à une autre au-dessus de leurs pauvres têtes lessivées, n’existent plus et sont priés de se taire ! Ne parlons pas de ceux qui votent à l’extrême droite, ils ne font plus partie de la République : dehors !

Heureusement, quelqu’un pense quand même à eux. Le président Hollande a tenu à rappeler leur survivance : “Ce sont des Français de souche qui ont saccagé le cimetière juif de Sarre-Union”, a-t-il précisé lors du repas du CRIF… Moi qui avais oublié ma lointaine ascendance flamande, je me suis senti soudainement disculpé. Mon chef de l’État me représentait et me défendait, enfin, défendait le Flamand qui, Dieu merci, n’est par un Français de souche et peut donc s’enorgueillir d’appartenir à une de ces communautés venues enrichir la et sa diversité. Il faudra que je réapprenne la langue. Pour la religion, c’est raté : ils sont catholiques. Nul n’est parfait ! Le Président a annoncé également un renforcement de « la cage aux phobes ». Les propos racistes, antisémites, islamophobes, xénophobes et homophobes seront davantage sanctionnés. Une République sans nation et sans liberté de penser : beau programme ! Notre pays devient à la politique ce que le Carré blanc sur fond blanc de Malevitch est à l’ : une magnifique avancée. Les esprits méchants diraient plutôt un couteau sans lame et sans manche, mais ces adversaires de la déconstruction sont d’infâmes conservateurs. Ils méritent les cris d’orfraie et les torrents d’injures dont sont abreuvés les « phobes » en tous genres : « sulfureux », « odieux », ignoble », « monstrueux », « abject et puant ». Ces injures souvent totalement infondées, cette violence verbale lapidaire exécutent les coupables sans rémission, à moins que la victime ne se rebiffe et vende un million d’exemplaires. Les peuples sont parfois des cadavres récalcitrants.

26 février 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

À la télévision américaine, l’ultime trahison d’Emmanuel Macron

Lorsque l’Occident chrétien croit faire preuve de compassion en se battant la coulpe et en…