Editoriaux - International - Table - 7 décembre 2013

Elton John sombre dans le conformisme

La terrible homophobie qui règne en ne peut plus durer ! Elton John, star ouvertement gay, en est convaincu et compte le faire savoir lors des concerts qu’il a été invité à donner… en . Cherchez l’erreur, serait-on tenté d’ajouter. Rappelons que cette accusation à la mode repose essentiellement sur la loi récente interdisant la promotion de l’homosexualité devant des mineurs. Conformément à cette disposition, les Gay Pride ne sont pas les bienvenues. C’est dramatique.

Elton John est un artiste admirable, surtout lorsqu’il chante et compose. Pour le reste, le voilà rejoignant le camp des victimes d’opérette, martyrs d’une oppression plus ou moins imaginaire ou en tout cas très éloignée de la réalité. Mais nous le comprenons. Dénoncer une oppression dans un système où aucun danger réel ne menace est bien agréable. Dans cette posture, les bénéfices sont multiples : image de résistant, d’artiste engagé… et tapis rouge pour le dire… Un vrai paradis !

L’interdiction de la publicité pour l’alcool n’a en rien entamé la liberté des alcooliques. Celle des consommateurs occasionnels non plus. Même si la question n’est pas d’assimiler l’homosexualité à une quelconque toxicité, d’un point de vue sociétal, le phénomène supporte la comparaison. Comme tant d’autres, Elton John mélange les genres. Contrôle d’un risque de prosélytisme ne vaut pas interdiction. Loin s’en faut.

La propension des communautés de ceci et cela à monter sur des grands chevaux pour partir en guerre contre des moulins à vent devient fatigante. Et surtout contre-productive. C’est bien là le véritable drame de l’affaire. Il est facile d’imaginer l’opprobre qui tomberait sur la tête des invétérés de la partouze (homos ou hétéros) s’il leur venait l’idée saugrenue de réclamer mariages collectifs, publicité dans les écoles et affiches quatre par trois. Excepté quelques esprits chagrins, personne ne voit d’inconvénients à ce que certains mesdames-messieurs s’entre-baisent joyeusement tous les samedis soir dans des établissements étudiés pour. Quant à des chars fleuris pour en vanter les bienfaits… heu… Christiane Taubira ne s’est pas encore prononcée.

Partant de sa pulsion légitime à défendre la liberté homosexuelle dont il est un génial représentant, nous ne saurions trop conseiller à Elton John d’aller porter son message dans des pays où la législation est adaptée à la hauteur de son combat. Arabie saoudite, Qatar, Iran, Nigeria, etc. Entre autres délices, les six pays du Golfe prévoient de virer les expatriés détectés homosexuels par des tests médicaux. De là à aller chanter déguisé en drag queen sur la place publique… Il en regretterait Poutine…

À lire aussi

Cohn-Bendit régle le cas du professeur Raoult : « Qu’il ferme sa gueule ! »

On ne peut plus confiner tranquille, sans être dérangé par une polémique... …