Editoriaux - Politique - Table - 5 mars 2017

Élections : de la télé-réalité à la tragédie grecque

On nous a bien bourré le mou avec la primaire de la droite en nous vantant, des trémolos dans la voix, son caractère démocratique et incontestable. Sauf que le résultat, c’était pas le bon… Il fallait un candidat socialo-libertaro-compatible, à supposer que Fillé, Juppy et Sarkozon soient différents…

Difficile de changer des règles que l’on a édictées soi-même, hein, monsieur Solère ?

Qu’à cela ne tienne, poursuivons le grand-guignol médiatique et voilà qu’une affaire Fillon qui ressemble à une affaire Lemaire ou une affaire Juppé comme deux gouttes d’eau surgit et flanque le bazar…

L’agitation en cours (application directe des principes n° 1, 5 et 6 des 10 stratégies de manipulation de Noam Chomsky) peine à masquer les points suivants :
– l’attelage des Républicains, c’était la cour des miracles – sans miracles – et c’est, en fait, le radeau de La Méduse ;
– on ne gagne pas en trahissant son électorat, Giscard l’a appris à ses dépens ;
– la bande de branquignols qui prétendait sortir la France du marasme est celle qui l’a précipitée vers François Hollande, à côté de qui les dix plaies d’Égypte font figure de jeu Nintendo.

Auréolé de sa gloire christique, François Fillon a, dans la grande tradition républicaine, commencé à niquer son électorat, n’en déplaise à la jolie frimousse de Madeleine de Jessey : je te propulse Kosciusko-Morizet vers un siège imperdable, je déserte l’Assemblée, je m’entoure de ceux qui fomentent des coups fourrés, je drague l’UDI et je court-circuite le PCD…

Le problème de ce pays, c’est le centre ; pas la girouette du Béarn, prévisible comme un inspecteur des impôts en contrôle fiscal chez un journaliste de Minute , mais l’UDI, qui est à la politique ce qu’une mère maquerelle est à un bordel du début du siècle dernier : détestée de tous, mais utile à chacun.

Bref, il faudrait voir l’évidence : le pays est ingouvernable, sauf vers le fond, dès qu’on implique le centre… Donc, pour le sortir de l’impasse, ça va être compliqué…

Surtout que les experts autoproclamés nous expliquent qu’il faut une majorité pour gouverner… Chez Les Républicains et les socialistes, on n’est pas près d’y arriver…

L’idole du Siècle (le club) et du Bilderberg continue à caracoler dans les sondages achetés et a enfin communiqué son programme cette semaine. Les mauvaises langues diront qu’il s’est rendu à un meeting d’Emmanuel Macron et qu’il y a pris des notes ; les plus raisonnables pensent que Boris Vallaud et Gaspard Gantzer se sont réunis la veille dans une chambre d’hôtel avec une paire de ciseaux et les copies des programmes de Le Maire, Fillon, Juppé…

Pauvre Marianne… On se réjouit que François Fillon découvre le Trocadéro, lui qui y était singulièrement absent lors de la dernière Manif pour tous… C’est quand même cocasse de voir que ses seuls derniers soutiens seront Sens commun, LMPT et PCD… Pas rancuniers…

Allez, si on rêvait ! Un second tour Marine contre Jean-Luc, ça aurait quand même de la gueule, non ?

À lire aussi

11 novembre et 13 novembre : même combat !

La France a gagné la guerre et obtenu la paix car elle savait qui était son ennemi. Aujour…