Si l’ à front de gnou rend parfois nigaud, la lepénophobie à tête de veau peut rendre plus raide dingue encore. La preuve par Jean-Jacques Bourdin qui, sur RMC, alors qu’il interroge Gilles Kepel, l’un de nos meilleurs islamologues, se risque à un parallèle hasardeux entre le Front national et… Daech.

Tout cela parce que le même Gilles Kepel rappelle que l’un des objectifs de la tuerie du consistait aussi, pour Daech, à tenter de dresser Français de souche contre Français de plus fraîche date ; sombre martingale qui, heureusement, n’a pas fonctionné. Mais le concept est manifestement trop subtil pour les quelques neurones du Bourdin en question, l’un des animateurs les plus incultes qui soit. À côté, Danièle Gilbert était un prix Nobel en puissance.

Assez logiquement, prend la mouche et envoie sur son compte Twitter des photos d’infortunés décapités et égorgés par Daech, histoire de démontrer, par le poids des mots et le choc des photos, qu’entre FN et EI, il y a quand même de la marge…

Aussitôt, scandale. Manuel Valls, de sa main gauche qui tremble convulsivement, tapote ce tweet : « Monstrueuses photos. Mme Le Pen incendiaire du débat public, faute politique et morale, non-respect des victimes. » Et tant qu’à en rajouter en cette grotesque surenchère, Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, aurait saisi « la police de l’affaire », à en croire Le Figaro.

Riposte immédiate de la principale intéressée : « Qu’est-ce que je risquerais à montrer la réalité de ce qu’est Daech, à montrer aux gens qui instrumentalisent Daech pour le comparer au Front national ? Monsieur Cazeneuve va venir me mettre les menottes pour avoir condamné le fait que certains se permettent de faire un parallèle entre le FN et cette organisation criminelle ? Mais, comme d’habitude, on préfère condamner ceux qui condamnent que ceux qui commettent. » Il est un fait que dans le registre du « padamalgam », les autorité publiques et médiatiques se sont effectivement surpassées. Il est un autre fait que les ministres en question ont d’assez belles tronches de champions du monde…

Alors, ensuite, la question qui tue… Photo ou pas photo ? Montrer l’inmontrable ou ne pas le montrer ? Ça se discute, effectivement. Des militants anti-avortement ont connu quelques soucis judiciaires pour avoir précisément montré cet inmontrable, soit des clichés d’enfants de quelques mois passés au hachoir à légumes et jetés dans les poubelles. C’est vrai que, de visu, c’est à dégueuler, mais c’est aussi, et surtout, la triste vérité.

Dans le même registre morbide et spectaculaire, Le Monde publiait le jour même des photos de cadavres torturés par les soldats de Bachar el-Assad. On ignorait donc que ce quotidien vespéral donné pour être de « référence » luttait lui aussi, côte à côte, avec le Front national pour abattre notre République, notre démocratie, notre humanisme éclairé, nos pieuses Femen et, au passage, notre chère semaine des quatre jeudis.

18 décembre 2015

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.