Alors que les températures commencent à descendre, les Français se préparent à subir le sort de la cigale qui, ayant chanté tout l’été, « se trouva fort dépourvue lorsque la bise fut venue ». Sauf que les Français n’ont pas chanté tout l’été. Un autre a poussé la chansonnette à leur place... Celui qui a chanté le démantèlement de l’énergie nucléaire en France durant près de dix ans sous les lambris de l’Élysée, auprès de Hollande et désormais au pouvoir, celui qui a écouté le chant des sirènes vertes au point de plonger dans la mer encombrée d’éoliennes pour les rejoindre, comme les marins d’Ulysse, c’est le président de la République. Le même qui célèbre sur place, à Saint Nazaire, ce 22 septembre, comme l'analyse aujourd'hui Clémence de Longraye, « un jour heureux dans des temps difficiles ».

La joie du président de la République devant les mâts qui défigureront le paysage marin durant des décennies est tout de même troublée. Pas par la stupéfaction des habitants à qui les entreprises, dûment citées une par une par Macron ce 22 septembre, avaient promis des mâts presque invisibles, non. Devant… la résistance farouche de ces Français qui avaient été lucides. « Ce parc éolien que nous venons de visiter est opérationnel, mais cela a pris plus de dix ans », regrette le Président. Les éoliennes produiront 5 % de l’électricité dans les jours les plus froids, enchaîne-t-il. On aurait plus de 5 % si on avait été plus vite. « On le voit bien, cela ne peut pas être totalement satisfaisant […]. Nous avons besoin de réduire les délais […], explique le Président. Tout cela arrive dans un jour compliqué et prend encore trop de temps. »

https://twitter.com/franceinfo/status/1572924195839029248?s=20&t=giIICU8ezJqQULBgOuzpMg

C’est que le programme d’installation est chargé. Peu importe les râleurs. À Belfort, en février dernier, Macron avait fixé l’objectif : il s’agissait d’équiper la France d’une cinquantaine de parcs éoliens en mer en quelques années pour arriver à produire 40 gigawats en 2050 !

Car nous sommes, paraît-il, « en retard », expliquent en chœur le pouvoir et les écologistes. Retard, que de crimes on commet en ton nom ! Le retard est au progressiste aveugle ce que l’hélice est au sous-marin. Un moyen de propulsion indispensable pour avancer dans l’obscurité. En France, l’éolien produit 8 % de notre électricité, le nucléaire en produit 70 %. En Allemagne, le vent génère 20 % de l’électricité. Donc nous sommes en retard, affirment les écologistes et la Macronie qui les écoute. Le même tandem a réussi à faire dérailler la politique énergétique de la France, celle que nous enviait, justement… l’Allemagne. Le même tandem écolo-centriste a fait de l’Allemagne un nain énergétique ultra-dépendant de ses voisins et acculé à une faillite énergétique depuis le conflit avec la Russie. En Allemagne, ce même tandem fait tourner ses centrales à charbon à plein régime, précisément parce qu’elle a misé sur le vent et non sur le nucléaire. Un bel exemple, en effet. Aveugles, sourds et pressés, nos progressistes sont incorrigibles.

La France pourrait étudier, à tout le moins, quelques alternatives : l’exploitation « propre » des gaz de schiste en France aurait diminué notre dépendance énergétique, plaidait Arnaud Montebourg dès 2014. Cette exploitation aurait créé au passage, selon l'ex-ministre du Redressement productif, entre 120.000 et 255.000 emplois. De son côté, Yves d’Amécourt, ancien conseiller général, maire et conseiller régional du Mouvement pour la ruralité, assure que « la solution est sous nos pieds. Le gisement de Moselle, par exemple, qui est du gaz de charbon (du grisou), a une empreinte carbone dix fois moins importante que le gaz en provenance de Russie et quatorze fois moins importante que le gaz en provenance des États-Unis. » L’idée vaut peut-être simplement une étude sérieuse ? Pas question à ce jour. Pourtant, le Royaume-Uni, pragmatique, s'engage sur cette voie.

Face à l’impasse créée par sa politique énergétique délétère et par le conflit ukrainien, Macron impose sa solution, toujours la même : tordre le bras des Français qui s’opposent à la destruction de leurs paysages et multiplient les recours légaux. Il suffit de changer la loi, répond Macron. C’est tellement simple, la démocratie, au temps du macronisme.

10513 vues

22 septembre 2022

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

57 commentaires

  1. puissance d’un réacteur nucléaire = 900 Mwh , une éolienne 3 Mwh. Y ‘ a pas photo ! Donc à minima 300 éoliennes pour faire l’équivalent d’un seul réacteur et encore , sachant qu’une éolienne est tributaire du vent il faut à minima deux fois plus d’éoliennes.. Alors , Macron arrête de nous bassiner avec tes moulins à vent , et démarre la construction de trois ou quatre réacteurs !

  2. Macron qui nous déclare que nous sommes en retard sur les éoliennes , mais bon sang , c’est sur la construction de plusieurs réacteurs nucléaires qu’il faut mettre les bouchées doubles . Quant à sa projection pou 2050 , heureusement en 2027 , nous serons débarrassé de lui !

  3. Notre Don Quichotte inversé (macron se bat pour les moulin à vent alors que le premier se battait contre) à décidé qu’il ne fallait plus écouter les français qui entravent ses volontés éphémères…
    Il faut se souvenir qu’il y a 2 ans il tenait un discours opposé à celui d’aujourd’hui, mais dans l’enfumage médiatique permanent les gens oublient !
    Donc, pour reprendre un mot cher à certains, un écocide est en marche : destruction de biodiversité marine et terrestre, pillage des ressources terrestres en agrégats pour les faramineuses quantités de béton à mettre en oeuvre, et polution visisuelle et sonore…
    Tout ça pour un système abandonné par les EU pour manque de rentabilité énergétique, car en fait la seule rentabilité est pour les investisseurs qui de surcroit sont étrangers !
    Que macron soit emporté par un courant d’air !!!

  4. Ce que les écolos ne disent pas, c’est qu’il faut une réserve équivalente de centrales conventionnelles pour l’éolien et le photovoltaïque afin de pallier les périodes creuses et l’obscurité. Chaque kilowattheure produit par l’éolien et le photovoltaïque nécessite un kilowattheure de réserve pour prendre le relais en cas de besoin. Ce sera donc deux fois plus cher, comme les Allemands viennent de l’apprendre. On parle là-bas de 35 ct./kWh au lieu de 24 ct.kWh actuellement.

  5. Touristes, au lieu de râler et de détourner vos regards tout en continuant à louer sur ces côtes l’été venu, optez pour d’autres lieux de villégiature estivale. On verra bien comment réagiront les professionnels du tourisme devant cette désaffection soudaine. Frapper au porte-monnaie, cela marche aussi quand c’est le citoyen lambda qui utilise ce moyen de pression.

  6. Macron fait « la roue  » s’auto-congratule sourire béat devant les éoliennes , ( il a une vision : des éoliennes tout autour des côtes de France ) imaginer tout l’argent qu’il va obtenir des fournisseurs d’éoliennes , qui lui permettra de ne jamais travailler , mais de comploter contre la France et de s’installer définitivement dans les « Ors du Royaume de France » en se prenant pour un sultan ! tout en continuant de le vendre par petit morceau au Qatar , l’Arabie saoudite et d’offrir nos banlieues à l’Algérie !

  7. Que notre cher (au sens de couteux) et honnis présidé se méfie, tordre le bras des français trop souvent est risqué. Le Français n est pas rapide à réagir, mais la réaction arrivera. Sous Louis XIV les français ont été plus que maltraités, ils ont réagi sous Louis XIV… Avec les conséquences que l on sait. Attention petit Roitelet, attention.

  8. Écouter, franchement, St Nazaire et son blockhaus, ce n’est pas quelques petites éoliennes qui enlaidiront davantage cette ville. Et puis c’est plutôt mignon tous ces petits moulins qui tournent, tournent au gré du vent coquin…Merci à Macron président visionnaire et courageux car il n’a même pas peur des baffes et il nous emme.de, nous, les gaulois…

  9. Mais où sont les verts , les soi-disant défenseurs de la nature ? il est prouvé que les éoliennes n’apportent que du désagrément ! Pauvre france !

  10. Où est passé le projet du parc d’hydrolienne installé puis démonté en baie de Saint-Brieuc et ce, sans explication. Est-ce que la production du barrage de la Rance a été un fiasco. Une production sur et prévisible au rythme des marées, a moins que les verts mettent les hydroliennes aussi néfaste que le nucléaire. Faut s’attendre à tout. J’ai entendu la pollution visuel de ces éoliennes, suffisamment loin du littorale pour être supportable mais rien sur les sons émis dans le milieu marin qui se propage bien plus loin que dans l’atmosphère, heureusement ce n’est pas Macron et les verts qui seront dérangés, ils ne vivent pas dans l’eau comme les êtres marins. Pourtant … .

  11. « La démocratie au temps du macronisme » Plus que simple, puisqu’elle a été mise aux oubliettes comme un vulgaire objet aussi vétuste qu’encombrant. Ce gouvernement dans sa quasi totalité est une véritable imposture.

Les commentaires sont fermés.