Préparez vos mouchoirs car les larmes de crocodile de notre caste médiatico-politicienne aux ordres de Washington vont pleuvoir ; et vous risquez de vous y noyer.

De quoi s’étonner, en effet ? Les écoutent tout le monde, et surtout les violées consentantes comme Merkel ou Hollande. Les gouvernements européens font tout ce que veulent les Américains, et nos médias aussi. Privatisations ? On y va. Traité ultra-secret de libre-échange destiné à détruire ce qui peut rester du monstre de l’État-nation européen (cf. Peter Drucker, gourou en management néolibéral) ? On y va. Frontières ouvertes et invasion migratoire à tout crin, avec la bénédiction pontificale ? On y va. Guerre en Irak ? On y va. Guerre en Syrie, en Libye, en Ukraine ? On y va. Armes lourdes, mur de Merlin laser et bombe atomique contre la ? On y va.

On y va, vous dis-je, et au trot, s’il vous plaît. Tout est bon pour se soumettre au maître suprême du monde ; et que ce dernier écoute aux portes comme le Néron de Racine écoute sa prochaine victime n’étonnera que les imbéciles et les hypocrites.

Enfin, Burrhus, Néron découvre son génie :
Cette férocité que tu croyais fléchir,
De tes faibles liens est prête à s’affranchir.

De qui se moque-t-on dans cette affaire ? Du guignol électeur qui va considérer que la résistance de Hollande est énergique (comme en !) et que cela mérite une bonne remontée dans les sondages. WikiLeaks est manipulée dans ce sens depuis le début de ces prétendues fuites, même s’il faut reconnaître que la vie de Julian Assange est un scandale véritable, scandale contre lequel personne ne fait rien (Le Monde osa même un édito menaçant contre le président équatorien, Correa qualifié de dictateur).

Car ils se sont soumis au maître. On peut rappeler le livre du journaliste allemand Udo Ulfkotte, ex-directeur du Frankfurter Allgemeine Zeitung, qui explique froidement que les principaux journalistes du continent sont rétribués par la CIA ; et ce n’est pas un hasard s’il a perdu son emploi et que son livre si vendu est ignoré par la presse.

En France, on sait que Sarkozy a été élevé par le responsable des coups tordus de la CIA, époux de la mère de son frère Nicolas. Frank Wisner (voyez sa fiche Wikipédia, elle est rutilante) a dû être bien content de mettre son rejeton de présence au pouvoir en France !

On sait que Lagarde transvasa 40 % de l’industrie française en dix ans. C’est ce boulot qui la fit milliardaire quand elle dirigeait le cabinet d’affaires Baker & McKenzie. Alors, de qui se moque-t-on ? Quant à Chirac, pourquoi encore verser des larmes de crocodile gaulliste ? C’est lui qui a mis Mitterrand au pouvoir (candidat ensuite de Michael Ledeen et de la CIA en 1988), puis Sarkozy, et qui a choisi Lagarde. Et ils vont nous faire croire que ce petit espionnage de pause-pipi dérange les cénacles de la République ?

Chiche, Hollande ! Et si tu vendais enfin le Mistral ?

À lire aussi

Islam : pourquoi la France est schizophrène

Il y a une bêtise crasse de notre « élite hostile ». …