Zzzzzzz… on s’endort ! Où est ma boîte de Zan, où est planquée la zappette, où est passé mon Télé Z ? Zen, restons zen… Ah, les voilà ! Qu’y a-t-il à zyeuter? ce soir : Zlatan a-t-il dézippé son zlip pour montrer son zizi à Zahia ? Zinédine Zidane s’est-il vendu au Qatar ? Zap ! Un reportage sur les zonards zadistes ? Une série Z de zombies ? Un plouc clip de zouk ? « Zobi la mouche » scandé par Zebda ? Un débat entre zélateurs de la pensée unique de Zola, le zélote socialiste ? Un documentaire sur la zététique appliquée au zodiaque ? Une exégèse de la bonne foi des zoroastriens ? Une étude sur la pratique de la zumba en Zambie ? Un film crypté sur le bon usage du zob, du zguègue, de la zigounette et du zigouigoui ? Zap, zap et rezap ! Ainsi parlait Zarathoustra : zarbi, zarbi, vous avez dit zarbi ? Comme c’est bizarre !

Zut, z’ai plus de piles Mazda. Z’ai le zapping en rade. Z’en zozote, z’en zézaye ! Z’en deviens zinzin, de quoi réveiller un zona ! À me zigouiller, le moral à zéro ! Que faire contre le vide ? Ze vais descendre, me rendre dans la rue de Zanzibar et pousser la porte du Zézette épouse X.

La patronne, c’est Zoé… Yeux de zircon bleu et tempérament de cosaque ! Zénon sous les néons, ze tenterai de me rapprocher d’elle sans jamais pouvoir l’atteindre…

…alors, arrimé au zinc, z’y dépenserai avec zèle mes derniers złotys, buvant à toute berzingue, à m’en déchirer les zygomatiques, des verres de Żubrówka à la gloire du tzar… Une fois bien zapoï, z’y ferai le zazou, dansant la zarzuela avec des zaporogues, le sirtaki avec Zorba le Grec, m’étranglant avec le boa de la grande Zoa… Puis ze zèmerai la zizanie en dézinguant quelques zozos et autres zigotos… Il est onze heures du soir ! Où est passée Zazie ? Sous le dernier métro, poussée sur les rails par un Zadig zadique ? Enfin, à la fermeture, z’il me reste un zeste d’équilibre, ze tenterai de rentrer chez moi en faisant des zigzags.

Dans la ville endormie, le nez dans les étoiles, le raz-de-marée sous le fez, affalé comme un zouave sous un bec à gaz, ze m’évaderai dans un zeppelin, poussé par les zéphyrs, le soleil au zénith… Cap’tain Zemmour aux commandes, Piotr Szut à la boussole, Zorro en bosco, Léon Zitrone à la hune, Zig et Puce en moussaillons, à la vigie Zembla le tarzanide, Zubida lascive en cabine et Zelda nue sous zibelines, Zorrino cuisinant à la cambuse, Zébulon veillant au sextant, Zorglub trimant à la soute et Zurg ferré à fond de cale.

Quels horizons explorer ? Survoler le barnum de Zapata installé dans la ZAD ? Le cirque de Zingaro caracolant dans la ZAC ? Les chasses du comte Zaroff ouvertes dans la ZUP ? Zabriskie Point dans la vallée de la mort ? La reine Zénobie ensablée à Palmyre ? Les zoos du Zimbabwe, les zèbres du Zaïre, les zébus du Zoulouland ?

Cap tout azimut sur les rapides chutes du Zambèze, à la recherche de l’aventurier perdu… Où es-tu, Philippe de Dieuleveult ?

…impossible de dormir… Où es-tu, Philippe… Où êtes-vous, La Pérouse, Nungesser et Coli… Où êtes-vous, archange Jean Mermoz et saint Antoine d’Exupéry… Où es-tu, commandant Charcot… Où est ton Pourquoi Pas ?

Où es-tu, Alain Colas… « Où es-tu, Manureva ? Bateau fantôme… Toi qui rêvas des îles et qui jamais n’arrivas… Là-bas, Là-bas, Là-bas… zzzzzzzzz.

En mémoire de Philippe, mon demi-frère, qui était bien plus qu’une moitié de moi-même.

À lire aussi

Et l’île de la Passion pour les terroristes, vous y avez pensé ?

Les exécutions au poteau pour haute trahison ne sont plus au goût du jour d’une époque dev…