Quel sentiment pénible, de voir l’histoire sanglante du futur s’écrire sous nos yeux ! Pour le moment, ce ne sont que des mots ou presque. Tels des drones, ils défilent en rase-mottes, sont parfois violents, parfois assourdissants : djihad, islamistes, milice, combats, Syrie, cités… Un très long compte à rebours commencé il y a quarante ans, et qui désormais s’accélère. Les mots dangereusement exotiques sont devenus notre quotidien – charia, hijab et autres halal. En attendant les verbes meurtriers.

J’imagine, dans l’œil froid de , de noirs nuages remplir l’horizon. Smyrne brûlera à nouveau.

Ce mardi matin, ça reste des mots. Il s’agit de l’interpellation des de retour de Syrie à , interpellation bien huilée, mécanique policière qui conjugue ce malaise au présent. On nous parle de « six jeunes Français ». Certains ajoutent prudemment « d’origine maghrébine ou turque ». Des images furtives à la télé. Pour nous montrer que l’État agit, vit encore. D’ailleurs, musclant ses petits bras, , ministre de l’Intérieur, l’affirme, c’est une « nouvelle démonstration de la détermination totale du gouvernement à lutter de toutes ses forces contre le terrorisme et l’embrigadement des jeunes dans la radicalisation violente ». Le gouvernement se persuade donc qu’il va endiguer la radicalisation de toute une jeunesse avec ce genre d’opération médiatisée…

Ces enfants terribles, autour de la vingtaine, auraient dit à leurs parents qu’ils allaient faire un petit voyage en Allemagne. Pas ou peu connus des services de police, embrigadés en très peu de temps par le biais des réseaux sociaux. Très, très inquiétant. Car potentiellement, ces profils peuvent se multiplier exponentiellement…

De leur côté, les services de renseignement savent le nombre grandissant de ces jeunes qui partent faire leurs armes en Syrie ou dans les autres théâtres de guerre civilisationnelle, comme autrefois on faisait son service militaire. Ce sont de plus en plus souvent de jeunes Antoine devenus Oussama par la grâce maudite de la colonisation inversée, ce sont des centaines, voire des milliers d’Abdel ou de Toufik débordant de haine pour l’Occident. Ils ont les dents-rasoirs des pires requins génocidaires, ils se préparent pour le Grand Soir qui jaillira sur la France, cette mère à demi folle qui les a grassement nourris en son sein… Le vent de l’Histoire pousse ces jeunes troupes, encore fragiles et trop peu nombreuses pour le grand renversement, tandis que le flot continu de l’immigration arabo-musulmane déversé sur le pays des lys leur permet tous les rêves, couplé à la démographie suicidaire de leurs hôtes aveuglés d’humanisme.

Il y aurait 300 « Français » en Syrie. L’avant-garde de la future armée intérieure quand tout commencera vraiment. Jean Raspail parlait des années 2050 à propos du basculement final. Il ne sera pas loin du compte…

13 mai 2014

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …